Des journées se gorgent de lumière, des journées hivernales avant coureuses du printemps, des journées qui nous poussent dehors, des journées où l’on respire à nouveau, où l’on a l’impression de vivre pour la première fois, des journées à vous faire pleurer de joie, des journées qui frappent notre cerveau, en modifient la topologie, effacent les ombres qui pouvaient l’avoir pénétré, des journées de purification, des journées sans désirs – comment encore avoir des désirs quand nous éprouvons la satiété des sens –, des journées transparentes où nous ne faisons rien et où nous recevons tout, des journées qui nous font dire à quoi bon les autres, sinon pour attendre qu’elles surviennent enfin et nous enivrent, des journées à nous faire regretter de ne pas être peintre, – car la photographie va trop vite alors que le trait nous pousse à savourer chaque ligne –, des journées de déconnexion pour mieux se connecter aux choses les plus immémoriales, des journées de régénération, de jouvence, d’éternité, des journées presque effrayantes – nous pourrions nous y abandonner, nous y consumer et renoncer à transformer le monde –, des journées bleues, roses sur la fin, blanches sur les crêtes des montagnes, des journées ni froides ni chaudes, des journées qui ne touchent pas le corps qui les éprouve avec d’autant plus de puissance.

J’avais pris ma liseuse sur la plage pour corriger un texte. J’ai regardé les enfants. J’ai crié sur Émile pour l’empêcher d’aller dans l’eau. Pour repousser le moment où nous devrions rentrer et interrompre ce moment. J’ai crié sans cesse mais Émile n’entendait pas. Il était dans la lumière, attiré par les vagues, irrémédiablement.

Bon, ce matin je me suis éveillé avec le rhume des foins — allergie aux cyprès — je n’ai pas pu éviter l’antihistaminique et voici que je me mets à écrire comme un poète à la con.

18
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

18 comments

  1. RT @crouzet: Une journée inoubliable http://bit.ly/fGntGo

  2. Jouvence. Oui, jouvence… RT @crouzet: Une journée inoubliable http://bit.ly/fGntGo

  3. ownicrew says:

    #OwniCrew Une journée inoubliable http://bit.ly/ffVWpZ

  4. #Une journée inoubliable http://goo.gl/fb/S3pJV #dialogue #écriture

  5. lOurs says:

    Héhé… je savais que ma fainéantise était contagieuse. La poésie te va bien.

  6. J’ai tout de même bouclé mon essai sur L’édition interdite 🙂

  7. did says:

    Excellent !

  8. ever says:

    et c’est quoi votre liseuse? La mienne, un ereader 650 de Sony ne me donne pas entière satisfaction pour ce qui est des annotations…

  9. Une journée inoubliable http://bit.ly/fGntGo Merci pour le sourire béat puis l'éclat de rire final ! Inhabituel mais bien.

  10. en fait Thierry @crouzet est humain : Une journée inoubliable http://bit.ly/fGntGo Merci pour le sourire béat puis l'éclat de rire final !

  11. nessy says:

    Inhabituel, mais bien. C’est indispensable de remettre les pieds sur la Terre par moment.

  12. RT @nessyduloch: en fait Thierry @crouzet est humain : Une journée inoubliable http://bit.ly/fGntGo Merci pour le sourire béat puis l'éc …

  13. @ever une 650… faut pas attendre des miracles d’une liseuse vieille de 2 ans…

    @nessy Je me demande si l’inhabituel va pas devenir la norme… je vais pas théoriser encore des siècles 🙂

  14. ever says:

    @ tcrouzet : mais non, justement, la 650 PRS elle vient de sortir, d’où la déception (c’est avec un stylet et tout). D’ailleurs à bien regarder la photo je me demande si ce n’est pas la même que vous…

  15. Mince, j’ai une 600… Les liseuses sony sont merdiques de toutes façon, c’est vrai. Mieux vaut acheter du bookeen ou du kindle.

  16. Iza says:

    Petit salut en passant. J’ai eu un dimanche comme ça aussi … et la façon dont tu décris ces moments là me parait si proche de ce que je ressens … il y a quelques années, j’avais écrit ça sur mon blog, j’y ai pensé tout de suite en te lisant (et en le vivant, si précieux moment) :

    Il y a dans une chanson que j’adore un vers qui dit :

    “C’est que le monde passe vite,
    2, 3 dimanches en pleine lumière et des enfants qui courent”

    et …

    C’est bien vrai, des journées de week end en plein soleil, il n’y en a pas des centaines dans une vie, il y en a plus que 2, 3, mais à peine….

    Samedi en était une. Une journée parfaite, où l’air était doux, où la lumière était belle et nos cœurs paisibles… il n’y a rien à dire de plus…”

    Une belle journée, et la faculté pour nous de la sentir pour de vrai, d’y être présents. Bon dieu que c’est rare … et pourquoi ???

    Réjouissons nous qu’ils existent ces moments, qu’on ait pu les vivre encore une fois, sans penser qu’ils nous filent entre les doigts, comme les grains de sable dans notre “pauvre petite main”.

Comments are closed.