Depuis cinq ans, je défends l’idée du blog comme atelier. J’ai aussi affirmé que mon blog était mon meilleur livre. Mais quand peut-on dire que le blog nous amène sur des nouveaux sentiers littéraires ?

Si ce que nous écrivons sur nos blogs peut être couché sur du papier, ou même un fichier epub, suivant la logique homothétique, nous n’avons pas réellement exploré les nouvelles possibilités formelles qui s’offrent à nous.

Nous pratiquons éventuellement La stratégie du cyborg et l’hypertextualité, mais nous sommes loin d’entrer dans le domaine de ce que j’ai appelé les codex : textes+liens+codes.

Pour écrire un codex, l’auteur doit produire non seulement du texte et des liens, mais aussi du code informatique, un code qui fait partie intégrante de l’œuvre. La double compétence, écrire/programmer étant rare, question de génération, peu d’auteurs se sont aventurés vers l’inconnu. Par chance, ça ne peut que bouger. Par exemple, Alexandre Astier nous explique qu’il programme quand il ne travaille pas à ses scénarios. Nous avançons vers un monde où la double compétence sera commune.

Aujourd’hui, la plupart des auteurs qui s’intéressent aux ebooks ne le font que pour chercher un public qu’ils n’ont pas sur le papier, qu’ils ne peuvent avoir faute d’un désintérêt des éditeurs et, bien souvent, de la plupart des lecteurs. Le numérique apparaît comme un espace de liberté, mais faute de mieux dans l’ancien monde. Le numérique en lui-même est alors presque anecdotique, un simple moyen.

Je n’échappe pas à ce travers, même si ce que je publie en numérique traite souvent du numérique. J’ai pratiqué la cyborisation, mais peu le codex, bien que La quatrième théorie ait nécessité pas mal de code. J’ai depuis longtemps l’idée d’aller plus loin et j’ai commencé à expérimenter en reprenant à zéro mon vieux projet sur Ératosthène.

Je suis en train de créer un texte non linéaire dont la topologie se remodèle en fonction de l’expérience de lecture.

Qu’est-ce qu’un texte linéaire ? Un livre où les pages se suivent dans un ordre immuable. Mais aussi un livre dont vous êtes le héros qui se déploie suivant une arborescence plus ou moins figée.

Un document hypertexte n’est pas nécessairement linéaire. Par exemple, la dernière page d’un document peut renvoyer sur la première, introduisant une certaine circularité. En revanche, dans un hypertexte, les liens sont figés, écrits une fois pour toutes. On peut cartographier le document. On échappe certes à la linéarité, mais pas au déterminisme propre au livre.

Avec mon nouveau Ératosthène, j’expérimente tout autre chose. Les liens se retrouvent en bas de page. Ils listent les tags associés à cette page, mais, contrairement à ce qui se fait sur les blogs, ils ne pointent pas vers tous les billets correspondants aux tags. Chaque lien pointe vers une seule page qui dépend des pages déjà lues par vous et par les autres lecteurs. Dans certains cas, les liens peuvent être même calculés aléatoirement pour transporter le lecteur où il ne s’y attend pas. Au fur et à mesure de la lecture, les liens sont consommés, ils se désactivent peu à peu jusqu’à ce que la dernière page soit atteinte.

Je ne me suis pas lancé dans cette direction juste pour explorer des possibilités techniques. Je travaille sur Ératosthène depuis 2000. J’ai écrit plus de dix versions différentes de sa vie, aucune satisfaisante. Il m’est alors apparu que je cherchais à donner une unité à une vie qui ne pouvait pas en avoir.

Ératosthène était un éclectique, déjà qualifié ainsi de son temps, et d’ailleurs avec un grand mépris. C’était un expert de rien. Quelqu’un qui en des temps troublés avait compris que les spécialités du passé n’avaient plus lieu d’être. Alors, pourquoi chercher l’unité classique pour décrire la vie d’un homme qui changea sans cesse de direction ? L’unité, l’homogénéité, la linéarité… ces éléments traditionnellement constituants du roman me gênaient plus qu’autre chose.

Bien des écrivains ont réussi à les contourner, je pense à Bioy Casares par exemple, et j’ai compris que le codex m’offrait une nouvelle possibilité libératoire. J’allais pouvoir donner au lecteur la chance de se construire son propre parcours à travers la vie d’Ératosthène.

Au commencement, nous sommes en -194 avant Jésus-Christ, Ératosthène meurt. Il se souvient de sa vie et, comme la mort pour lui approche sans cesse sans jamais l’atteindre, il se projette vers l’avenir. Il a une vision kaléidoscopique du passé, du présent et du futur. Le lecteur navigue de fragment en fragment, chacun étant situé dans le temps, associé à un lieu, à des personnages, éventuellement à des concepts philosophiques ou scientifiques.

Même si à ce stade je n’ai publié qu’une infime partie des fragments, je sens que mon texte prend une coloration nouvelle, lié à l’expérience nouvelle de lecture. Maintenant, en me lisant, en plus des fautes d’orthographe, vous aurez aussi les bugs ! Bienvenus dans le monde des codex.

38
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

38 comments

  1. Crouzet says:

    Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/ie6wIf

  2. Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/ie6wIf

  3. harmodio says:

    RT @crouzet: Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/ie6wIf

  4. RT @crouzet: Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/ie6wIf

  5. Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://goo.gl/fb/93edO #dialogue #ératosthène #écriture #édition #codex #ebook

  6. RT @crouzet: Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/ie6wIf

  7. eBouquin says:

    Je l'attendais celui-ci ! RT @crouzet: Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://t.co/G1uJsXp

  8. jfdeclercq says:

    RT @ebouquin: Je l'attendais celui-ci ! RT @crouzet: Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://t.co/G1uJsXp

  9. Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/g73Jnk

  10. phaleon says:

    RT @tcrouzet: Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/ie6wIf

  11. RT @crouzet: Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/ie6wIf

  12. Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://goo.gl/fb/dN8aF #dialogue #ératosthène #écriture #édition #codex #ebook

  13. PhilCyLaw says:

    RT @crouzet: Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/ie6wIf

  14. Fred Bird says:

    Lorsque j’ai découvert l’HTML 3 en 98, juste après m’etre payé mon premier modem, j’avais mis en ligne un long poème en le fragmentant par strophes, pour une lecture non linéaire, chaque strophe avait trois liens disséminés dans ses six vers. On pouvait tourner en boucle et reprendre un autre chemin. Je trouvais ça marrant.

    (le poème est là, dans sa forme linéaire : http://fredbird.org/2004/01/epopee-lyrique/ )

  15. #veille Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/g0hiCZ

  16. @Fred Bird Tu avais créé un hypertexte : un texte sous forme de Web miniature.

  17. RT @crouzet [ http://bit.ly/hIdYTx ] Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/grOhv2

  18. Fred Bird says:

    Oui, à l’époque on parlait encore d’hyperliens 🙂

    La découverte du web m’avait mis une claque similaire à l’enthousiasme ressenti avec l’achat de mon premier PC (avec mon tout premier salaire), 2-3 ans plus tôt.

    Tellement de possibilités !

    (P.S. je suis devenu développeur web, depuis, bien sûr)

  19. Serge Meunier says:

    Bonjour,

    Je suppose qu’il ne faut pas prendre le sens du titre au premier degré ; sinon où nous conduisez-vous ? Si non, et que l’on peut avancer que si l’on n’est pas codeur on n’est pas auteur, je ne comprends pas…
    En s’en inspirant et raisonnant par l’absurde, Camus aurait par exemple dû composer et mettre en page dans le respect des règles typo ?..

    Vous formalisez une approche de l’écrit qui engendre du code. Mais la littérature fait cela implicitement et de manière très fine. La pensée déjà est hypertextuelle – et aussi codex ou rouleau, papyrus et calame, parchemin, ocre rouge, glyphes – sans qu’il faille l’inscrire en… mêlant fond et forme.

    Je suis notamment gêné par le ré-emploi de “codex”. Quand bien même nous sommes des inventeurs – qui renouvellent les outres -, les mouvements dont nous sommes à l’origine laissent leur empreinte et nous devons donc veiller à en prendre soin.

    Mais c’est un ressenti et un avis et je n’ai peut-être pas saisi votre approche…

  20. Dans ce que j’appelle codex, le code n’est pas du tout de la forme. WordPress est le code qui anime ce blog, il s’occupe essentiellement de sa forme. Le code que j’ai écrit pour mon expérience intervient dans le déroulé même la narration, il la recalcule sans cesse… ce n’est pas quelque chose dont elle pourrait se passer (c’est comme si on enlève les liens à un hypertexte… ça devient autre chose, voire ne ressemble plus à rien). En fonction du code, je dois même modifier le texte.

    J’utilise le mot codex parce que je le trouve amusant… et faute de mieux pour le moment. C’est un détail, ce n’est pas moi qui écrit le dictionnaire de demain.

    Et tous mes titres ne sont pas à prendre à la lettre… ils ont pour fonction de détecter les commentateurs qui ne lisent que les titres avant de commenter. 🙂

  21. Serge Meunier says:

    A Thierry Crouzet
    Là vous me vexez, j’ai lu et relu votre texte puis laissé reposer mon commentaire avant de poster. Ceci dit, un titre sonne, c’est comme un slogan. Peut-être aussi ne s’amuse-t-on pas avec des valeurs puisque c’est l’enjeu…

  22. On s’est mal compris, j’ai bien vu que tu avais lu le texte, je parlais pour ceux qui ne lisent pas et qui commentent bille en tête. Tu as parlé du contenu, comment aurais-je pu douté que tu n’avez pas lu.

  23. Si t’es pas codeur, t’es pas auteur (Le peuple des connecteurs) http://bit.ly/f58kH7

  24. Si t’es pas codeur, t’es pas auteur (Le peuple des connecteurs) http://bit.ly/f58kH7

  25. 000 says:

    Un informaticien écrit : “Si t’es pas codeur, t’es pas auteur”

    Un boulanger écrit : “Si t’es pas boulanger, t’es pas auteur”
    (un bon livre étant comme un bon pain qui doit être livré au client à maturité, ni trop cuit ni pas assez, ni trop dur ni trop moelleux, avec juste ce qu’il faut de croustillant et d’arômes.
    Le secret réside dans la levée de la pâte et son pétrissage, le choix de la bonne température et durée de cuisson…)

    Un homme politique écrit : “Si t’es pas politicien, t’es pas auteur” (il faut savoir emporter une élection dans le coeur du lecteur, manipuler ses affects, l’embarquer dans une promesse de bonheur…)

    etc etc etc

    Henri A pourrait parler du vice qu’il y a à vouloir faire de son approche personnelle une loi générale.

    Le plus grand auteur du XXIe siècle ne sera bien entendu ni codeur, ni boulanger, ni politicien. Il sera auteur, simplement.

    Un livre n’est ni un logiciel, ni un pain, ni une élection. A chacun son langage et son outil.

  26. @000 tu tombes dans le panneau du titre… et tu fonces sans penser au second degrés encore moins au troisième… croyant qu’on est toujours moins intelligent que toi.

    Les auteurs du XXI ne seront pas à coup sûr des auteurs de livres mes de textes, d’hypertextes ou de codex… Quelle sera la forme de ce siècle nous n’en savons encore rien et si nous ne les explorons pas, il n’y aura tout simplement pas d’auteur… ce que je crois pas possible.

  27. swimmer21 says:

    Bonjour Thierry
    Bon, j’y vais aussi de mon petit néologisme. Un raccourci entre écosystème et texte. Le texte pris comme partie du tout, de l’écosystème numérique et qui peut donc lier selon les noeuds agençables, selon un chaîne différente mais une trame commune.
    Je pense qu’il faudrait ne pas oublir d’en faire un truc très ludique (un écosystext circus par exemple).
    Tu serais pas mal en M. Loyal !!!

  28. Serge Meunier says:

    Thierry
    Dsl de ne pas réagir plus tôt. Je reviens à ce qui me motive et qui est l’attention apportée à ce dont nous faisons matière ici et qui concerne les mots. Codex est une entité à laquelle se rattache un pan de l’histoire et de la culture autour du livre et on ne joue pas avec, surtout si l’on affecte au vocable en question une signification plus ou moins proche de celle d’origine et un risque de flou là où c’est la limipidité qui est souhaitée.
    Sinon, eh bien on fait ce que produit l’énoncé publicitaire à longueur de temps, justement “en jouant”, au point que l’orthographe, rien qu’elle, si elle ne nous échappe pas, adultes qui en connaissons le fonds, l’orthographe glisse entre les doigts des enfants par définition futurs lecteurs. Je remonte à l’instant une rue où, sur vingt mètres, il y a dans les dix à quinze néologismes en entête des boutiques – dont le plus commun est du genre infini’tif pour le métier que l’on supposera. Cela me déplaît souverainement, car à un certain nombres des personnes dont l’horizon aura été ainsi progressivement biaisé, voilé, volé, violé, allez leur expliquer vos vues…

    J’ai compris que le code peut faire partie du contenu pour vous. Il me semble que vous créez en quelque sorte un labyrinthe hypertextuel et je me permets d’avance d’en être un des visiteurs et gardiens, non convoqué mais à qui rien n’interdit d’entrer.

    En fait, je vous agresse sans le vouloir. Ou plutôt, c’est à vos idées que je m’adresse. Les idées sont à la fois universelles et nous échappent donc dès que nous les libérons ; d’autre part elles à peu près tout ce qui subsiste de nous.

    Avec bien sûr tout mon amical respect,
    Serge

  29. @Serge Je te suis… mais j’ai pas de nom pour ce que j’appelle codex… vois ça comme un nom de code en attendant que quelqu’un trouve mieux, si nécessaire… aussi bien l’idée n’aura pas de suite.

  30. RT @crouzet Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://bit.ly/ie6wIf

  31. Nessy says:

    J’ai fait l’expérience, pas celle du titre, celle de l’article: sympa ! C’est étonnant comme forme de lecture. Ici elle s’allie vraiment bien avec le personnage d’Erathostène au moment de la fin de sa vie. Les pages s’enchainent les uns après les autres guidés par des mots-clés, comme les idées et les souvenirs. Sauf qu’on ne revient pas sur une page déjà lue, on fouille plus loin à chaque fois. Bref ça m’a plut. L’interaction entre l’auteur et son personnage aussi, est bien plus intéressante que la présentation du contexte d’écriture et de recherche sur le personnage en introduction. Ce qu’il y avait dans la précédente version, je crois me rappeler. Et puis on va peut-être en profiter encore pendant 10 ou 11 ans si tu le réécris en permanence ?

  32. RT @crouzet: Si tu es pas codeur, tu es pas auteur http://bit.ly/ej8BeT

  33. Silvae says:

    [veille] Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://goo.gl/5t8Ek

  34. RT @crouzet: Si t%u2019es pas codeur, t%u2019es pas auteur http://bit.ly/ej8BeT

  35. lumiweb says:

    RT @Silvae: [veille] Si t’es pas codeur, t’es pas auteur http://goo.gl/5t8Ek

  36. RT @bouillon Thierry Crouzet "Je suis en train de créer un texte non linéaire" http://ff.im/-zrd1f

  37. breizh2008 says:

    RT @Lezartizz: RT @crouzet: Si tu es pas codeur, tu es pas auteur http://bit.ly/ej8BeT

Comments are closed.