J’ai aimé Facebook, j’ai aimé Twitter, j’y ai beaucoup d’amis, j’y ai tenté beaucoup d’expériences, mais je n’ai jamais apprécié la politique de ces services. Il est temps d’envisager autre chose, pourquoi pas Tent.

Au début, nous n’étions pas nombreux sur les réseaux sociaux, nous pouvions passer outre la faiblesse inhérente à leur centralisation, séduits avant tout par les possibilités nouvelles qui nous étaient offertes. Avec le succès, de plus en plus de gens sont arrivés, par millions, par centaines de millions, un milliard maintenant et tout a changé.

Quand un opérateur peut quand il le désire envoyer un message à un milliard de personnes, quand il peut subrepticement influencer les informations qu’ils reçoivent (si si, les pubs sont des informations), ou la façon dont ils les reçoivent, quand il peut en assourdir certains, ou même en éradiquer d’autres sans le moindre procès, et que nul ou presque ne s’en inquiète, il n’est pas surprenant de noter un appauvrissement des fils de conversation, une dérive populiste, une télévisualisation du Web.

Aujourd’hui, je m’ennuie sur les réseaux sociaux. On me dit que je devrais mieux choisir mes amis, mieux filtrer les conversations. Le problème ne viendrait pas de Facebook ou de Twitter, mais de moi. Je ne suis pas d’accord. Il y a des bars où on se sent bien, puis où on se sent mal, parce qu’on y croise des gens qu’on n’aime pas, aussi parce la musique est devenue plus forte, parce la décoration a changé, parce que les serveurs sympas ont été virés. Je mangeais bien chez Facebook et Twitter, j’y mange de plus en plus mal. Les patrons sont de plus en plus puants. Le lieu où nous discutons n’est pas neutre sur la teneur de nos échanges.

J’appartiens à la famille des utopistes (ou vieux cons si vous préférez) qui ont cru que le net nous aiderait à changer notre organisation sociale pour nous offrir plus de liberté, plus d’équité, plus de respect mutuel, plus d’armes pour affronter les crises que nous traversons. J’ai fait l’éloge du cinquième pouvoir, de cette force sociale décentralisée qui échappe à tout embrigadement, et pendant ce temps nous avons laissé fleurir sur le web les plus grosses structures centralisées de tous les temps. Propriétaires, capitalistes, omnipotentes, dominatrices, impérialistes, elles ne nous aideront pas à éviter le mur vers lequel nous fonçons collectivement. Si nous continuons à les nourrir, nous nous passons la corde autour du cou.

En revenir aux fondements

Sur le réseau, les fonctions sociales sont aussi vitales que l’air dans le monde physique. Si nous les abandonnons à quelques entrepreneurs, nous courons le risque de l’asphyxie. Nous devons nous les réapproprier.

Est-ce une revendication irréaliste ? Pensez à nos mails ? À qui appartiennent-ils ? Pour peu que nous ayons pris la précaution d’acquérir un nom de domaine, ils n’appartiennent qu’à nous. Nous les hébergeons sur des serveurs privés ou publics, avec la possibilité de déménager quand nous le voulons. Il n’existe pas un service mail pour la planète mais une myriade de services interconnectés.

Pensez aussi aux blogs. Comme les mails, nous les hébergeons sur des plates-formes privées ou chez nous. Dans les deux cas, des fonctions sociales fondamentales se sont épanouies sans que personne ne les accapare. Alors pourquoi les réseaux sociaux nous ont-ils engagés dans une direction contraire ?

Écartons tout de suite les raisons technologiques. Nous avons créé le mail décentralisé dans les années 1970, nous aurions pu créer le réseau social décentralisé dès le début des années 2000. La raison est plutôt économique : une architecture centralisée est monétisable. Tout le monde passe au même endroit, tout le monde subit les publicités de la même régie, tout le monde abandonne des données précieuses au même opérateur. La mécanique est bien connue, renforcée par l’envie de chacun de nous d’être là où tous les autres sont. Nous nous sommes fait piéger, par un manque de conscience politique, un manque de conscience de ce que le net a de révolutionnaire.

Tent arrive au bon moment. C’est un protocole ouvert et décentralisé pour créer des services sociaux, exactement comme SMTP, POP, IMAP le sont pour le mail. On peut utiliser des serveurs Tent existants, Tent.is par exemple, où installer son propre serveur. Tous les serveurs Tent s’interconnectent, exactement comme les serveurs mails. Vous et vos amis n’êtes plus la propriété d’un entrepreneur.

Je n’ai appris qu’hier l’existence de Tent. J’ai ouvert un compte. J’ai retrouvé quelques amis. Je sais bien qu’il est hasardeux d’investir un nouveau territoire, mais nous devons nous mettre en cohérence avec nos idées.

Par exemple, nous ne pouvons pas défendre les monnaies libres ou le revenu de base, et nous contenter d’en faire la promotion sur les réseaux sociaux centralisés, par leur structure antinomique avec les idées mises en avant.

Il ne s’agit pas d’abandonner Twitter et Facebook, il s’agit de les utiliser comme endroit accessoire, où on republie certains de nos messages, mais où on ne vit pas activement. J’ai la conviction que passer trop de temps là-bas ne peut qu’affecter ce que nous sommes.

Je raconte souvent ce qui est arrivé à l’équipe municipale dans mon village. Ils se présentent un mois avec les élections, hors de tout parti, ils sont élus contre toute attente, six mois plus tard ils ressemblent à l’équipe dont ils ont pris la place. Les structures dans lesquelles nous agissons nous transforment. Nous devons donc au préalable transformer les structures. Il me paraît fondamental pour notre bonheur autant que notre sauvegarde que nous continuions de nous épanouir sur un Web décentralisé, avec mails, blogs et réseaux sociaux compris. Il n’est pas question de renoncer à cette fonction vitale sous prétexte qu’elle a été accaparée par les apparatchiks.

Notes

  1. Pourquoi Tent réussirait là ou Diaspora piétine ? Je ne fais aucune prévision. Tent est un protocole, quelque chose de beaucoup plus fondamental, il me semble. Rien n’empêche ces approches de se développer en parallèle.
  2. Pourquoi écrire aujourd’hui sur Tent alors qu’Ostatus existe depuis quelque temps déjà ? Pas pour des considérations techniques, juste parce qu’une idée technologique qui ne s’engage pas vite sur un développement exponentiel n’a pas beaucoup d’avenir. Il me semble qu’Ostatus n’a pas réussi à séduire (j’aimerais me tromper).
  3. Pour nous installer sur Tent ou un autre réseau social décentralisé, sans déserter brusquement les anciens lieux sociaux, nous devons très vite disposer de la capacité de cross-poster avec des outils comme IFTTT. Les développeurs devraient faire de ces interfaces une priorité, de même que les applis mobiles.
  4. Nous sommes nombreux à critiquer le monopole des banques et le système financier centralisé. Nous nous plaignons de ne pas avancer dans cette lutte. Nous devrions nous entraîner au combat en faisant tout pour abattre les géants que sont devenus Facebook et Twitter. Après, peut-être, pourrons-nous passer à la décentralisation de la monnaie, tâche à mon avis autrement plus compliquée.
  5. Plus nous tardons, plus nous nourrissons la bête, moins de gens ont l’énergie de développer des solutions alternatives et politiquement acceptables (ou dès qu’il le feront, ils seront rachetés). Un jour prochain, il sera trop tard. Donnez du pouvoir à des individus, ils en désirent toujours plus. Je ne peux croire que nos entrepreneurs sociaux ne tomberont pas dans le même piège. Leur dictature nous pend au nez.
  6. Une pensée pour mes amis de la littérature, qui doivent se dire que ces combats ont peu d’intérêt pour eux. Je crois le contraire. La littérature, elle aussi, souffre des monopoles et de la centralisation. Les outils influencent ce que nous écrivons.

Billet dédié à Jérôme Laval.

117
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

117 comments

  1. Quitter Twitter et Facebook pour survivre : http://t.co/6ewWnWns (par @crouzet)

  2. Quitter Twitter et Facebook pour survivre : http://t.co/6ewWnWns (par @crouzet)

  3. #tent pourquoi pas ? RT @crouzet Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/4NqovinC

  4. Intéressante réflexion. “@jyaire: Quitter Twitter et Facebook pour survivre : http://t.co/mC0vm9WM (par @crouzet)” #MediasSociaux

  5. ^tcrouzet http://t.co/hrKYnrD9 Excellent post, tent semble en effet fondamentalement différent dans l'esprit. Mais O… http://t.co/lnJaZl6h

  6. RT @OlivierAuber: #tent pourquoi pas ? RT @crouzet Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/n9zTzrWs

  7. RT @OlivierAuber: #tent pourquoi pas ? RT @crouzet Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/n9zTzrWs

  8. RT @OlivierAuber: #tent pourquoi pas ? RT @crouzet Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/n9zTzrWs

  9. JM Planche says:

    “@crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/J3yvEhCe”

  10. JM Planche says:

    "Les outils influencent ce que nous écrivons." … ce que nous pensons et ce que nous sommes. A méditer : http://t.co/9PeJhZrZ

  11. al.jes says:

    #veille Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/iDKWuiTZ

  12. Et si les compagnies derrière Facebook ou Twitter avaient trop de pouvoir ? http://t.co/0g1lAehb

  13. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/8IEhIppz

  14. Quitter #Twitter et #Facebook pour survivre http://t.co/Ms1eYWbb #coupdegueule #centralisation #décentralisation

  15. Je viens de planter ma tent.is … https://t.co/8hoGn3pB RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/kMQuHHpH

  16. RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/aPN0K5un

  17. "Les structures dans lesquelles nous agissons nous transforment. Nous devons donc…transformer les structures." http://t.co/X9ACcU1R

  18. no says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/emOeFSaI (via @crouzet)

  19. Yspaddaden says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/ZR5B1QXC

  20. "Les outils influencent ce que nous écrivons." … ce que nous pensons et ce que nous sommes. A méditer : http://t.co/9PeJhZrZ

  21. steph says:

    Je viens de planter ma tent.is … https://t.co/8hoGn3pB RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/kMQuHHpH

  22. RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/GaPtpUXG

  23. Jean Elias says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/2J9BhM2g

  24. Galuel says:

    Oui certes !

    Mais pourquoi pas supporter Movim ? Qu’est-ce que “Tent” aurait de plus pertinent ? Qui fait Tent ? Qu’est-ce que Tent ? Est-ce en licence libre ou privatrice ?

    Movim est basé sur XMPP et est sous licence GPL.

    Sans répondre à la question fondamentale de la licence et de la nature du code je ne vois pas précisément le sens de la direction à prendre ou à ne pas prendre…

  25. En attendant reste sur facebook et Twitter… Un code GPL sans intérêt, reste sans intérêt.

    PS:
    License actuelle MIT https://github.com/tent/tentd/blob/master/LICENSE.txt

    How is Tent licensed?
    Tent will be a completely free and open standard. To prevent fragmentation before launch, the original authors currently retain copyright. This is a temporary situation which will be remedied immediately after a governance model is chosen. We decided it would be best to share what we could as soon as possible, releasing early and often. We are entirely committed to free and open software and protocols with open governance models leading to a ratified standard. Tent will be released under an open license in the immediate future.

  26. RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/aPN0K5un

  27. Phil says:

    Ouaip #meetoo RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/Uw2SKWY2

  28. A lire #indieweb RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/S34e2zWX cc @xtof_fr @balague via @stanjourdan

  29. phbedry says:

    A lire #indieweb RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/S34e2zWX cc @xtof_fr @balague via @stanjourdan

  30. gbeuvelot says:

    Ouaip #meetoo RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/Uw2SKWY2

  31. Quitter #Twitter et #Facebook pour survivre http://t.co/AYBbkRL3

  32. RoZ says:

    Ouaip #meetoo RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/Uw2SKWY2

  33. Morbleu ! says:

    Quitter #Facebook et #Twitter pour survivre // +1 http://t.co/Lbmm3HCJ

  34. Zut, j'aurais dû trouver ce titre pour mon Accrochez-vous… RT @crouzet Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/LuGMbsRO

  35. lygoma says:

    identi.ca !

  36. Identi.ca, c’est du Status.net (version centralisée de Ostatus dont je parle dans le Billet) !!!

  37. Quitter Twitter et Facebook pour survivre : http://t.co/6ewWnWns (par @crouzet)

  38. Laurent says:

    Merci Thierry je me suis inscrit pour voir, j’espère qu’il va y avoir rapidement de véritables Recipe IfTTT – comme il y en a au rapidement pour http://app.net

    Il y a des hack basées sur les fils RSS mais visiblement ils ne fonctionnent pas 🙂

    Thierry as tu trouvé un peu plus d’info sur le protocole ?
    sais tu si tu restera ^tcrouset si tu passe sur un autre serveur ?

    Laurent

  39. J’ai pas creusé tout ça… la logique serait que mon id soit sous mon domaine, donc peut-être que j’installe un serveur… J’ai pas de recul.

    J’ai juste lu https://tent.io/

  40. cjeanney says:

    J’y suis allée, donc c’est tout blanc, tout en anglais, et y’a pas Bernard Pivot ni de pubs pour Carrefour, so what comme dirait un anglophone averti ? (ou un clavier averti, tiens, ah non zut, c’est azerty je me trompe-je)
    Mais franchement perplexe sur ce que ce côté hors ligne induit (genre ce serait une élite ? genre ceuss’ qui s’en laissent point compter et qui sontaient libres ? (liiiiiiiibres ! ajoute l’écho)
    Parce que si le problème c’est les millions d’utilisateurs en trop et le grand capital qui nous utilise sur tw, ok, mais on est des millions up there, dehors dans la rue et on doit aussi s’acheter des yaourts pas forcément décentralisés, alors, au bout de nos convictions qu’est-ce qu’on mange, great question.
    Aussi reste la possibilité de rester là où il y a du monde pour le twister un peu, plutôt que s’en éloigner. Sûr que l’outil influence l’utilisateur, mais croire que l’utilisateur ne peut pas orienter l’outil, hum, hum (se référer à jack l’eventreur ou à un berger taillant sa flûte de roseau, cf usage du couteau).
    Aussi, j’avoue, le côté initié-entre-nous me perplexise aussi, avec autour de ce discours des “moi j’utilse gomph avec un code gt3l et vivement que le fringh du rétroplan debug haha”
    Mais je dis ça, je dis rien, hein. 🙂 c’est juste en simplobservatrice.

  41. C’est comme dire que c’est supportable l’esclavage… pas pour moi… même s’il y a des millions d’esclaves… je sais que des hommes ont longtemps supporté, mais tu vois, j’ai pas envie… alors j’essaie autant que possible de briser mes chaînes… illusion peut-être, mais je me soigne.

    Sans la décentralisation du Web nous ne serions pas là en train de parler mais encore sur Minitel… Sans décentralisation j’aurais même pas droit d’avoir un blog… ce monde ne me fait pas rêver.

  42. scaphoide says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/hxFQNSaX

  43. "Les outils influencent ce que nous écrivons." … ce que nous pensons et ce que nous sommes. A méditer : http://t.co/9PeJhZrZ

  44. RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/KxQXL5wv

  45. “@crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/KwoSgm7n” Pas toujours d'accord mais ca fait réfléchir

  46. “@crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/KwoSgm7n” Pas toujours d'accord mais ca fait réfléchir

  47. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/hystavra

  48. “@crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/J3yvEhCe”

  49. + bon post de @crouzet sur la televisualisation du web http://t.co/qH9dvDAd

  50. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/NGCqAjBs

  51. LinuxManua says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/Sl9zVTLV

  52. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/Sl9zVTLV

  53. guepier92 says:

    RT "@crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre (un billet pour la soif) http://t.co/LSa2b6E2"

  54. Avec de beau liens pour partager l'article sur les réseaux 😀 "@LinuxManua: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/PEb6wGUH"

  55. jazzta says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/Sl9zVTLV

  56. Thierry @crouzet présente le service Trent : alternative à Twitter ? http://t.co/JPADIquO

  57. Thierry @crouzet présente le service Tent : alternative à Twitter ? http://t.co/JPADIquO

  58. mab says:

    Thierry @crouzet présente le service Tent : alternative à Twitter ? http://t.co/JPADIquO

  59. RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/EGPiCZ95

  60. breizh2008 says:

    RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/EGPiCZ95

  61. Alex says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre: http://t.co/dxu9yUdK

  62. Cb says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/Sl9zVTLV

  63. X says:

    “Les structures dans lesquelles nous agissons nous transforment. Nous devons donc au préalable transformer les structures.”

    Est-ce que ce n’est pas l’erreur de toute l’utopie marxiste ? Accuser la structure, croire que tout le mal est dans la structure sociale ?

    Est-ce que ce ne sont pas plutôt les hommes qui sont partout les mêmes, et qui transforment toute structure nouvelle en ce qu’ils sont ?
    (Voir comment ils ont transformé le Web, et même ses territoires autonomes comme les forums et blogs, en les mêmes petits jeux claniques et mimétiques, alors qu’au départ la structure était différente).

    On fuit les structures l’une après l’autre, et puis on retrouve vite les mêmes problèmes, parce qu’on retrouve les hommes, qui sont les mêmes dans une structure marxiste ou dans une structure capitaliste ou dans un groupe anarchiste.

    Si la structure est l’émanation de l’homme, on ne résoud rien en détruisant telle structure particulière.

    Les structures dans lesquelles nous agissons sont transformées par nous et deviennent vite à notre image, à l’image de l’homme.

    L’homme doit d’abord changer (culturellement ? biologiquement ?) pour ne pas transformer toute structure en la même chose.

  64. Oui et non… l’homme influence les structures et réciproquement… C’est pas tout blanc ou tout noir.

    L’histoire du Web va vers la centralisation, parce que le Web est pris dans l’ancienne société centralisée, capitaliste, cannibale. C’est un échec, en ce sens. L’ancienne structure ramène à elle.

    Ce qui est sûr c’est qu’une structure centralisée ne pousse ni à la responsabilisation, ni à la liberté… elle a tout à y perdre. Cette structure n’est pas favorable à un changement de l’homme. Ceux qui y réussissent ne sont pas légion. Donc il faut changer les structures pour espérer un changement de l’homme plus vaste (et je ne parle pour l’instant que d’un changement des outils, des lieux où nous retrouvons).

    Et pour le coup, le marxisme ne changeait rien aux structures, il n’aspirait qu’à un déplacement des pouvoirs.

    Nous devons en même temps nous transformer et créer un environnement favorable à notre transformation. Le Web actuel y est de moins en moins favorable.

  65. Tent… encore des développeurs qui plutôt d’aider à améliorer l’existant lance leur petit projet dans leur coin car à eux seul il sont bien plus fort que les autres 🙂

    Continuons dans cette logique du chacun de son coté et il ne restera du logiciel libre que l’open source qui est aujourd’hui le moteur de Google, Twitter, facebook et bien d’autres services privateurs…

    J’ai fait le choix et j’utilise une instance StatusNet depuis plusieurs années et ça marche. J’ai des dizaines d’abonnés qui eux aussi ont leur propre instance. Identi.ca est tout aussi décentralisé que mon instance sauf qu’elle à usage collectif pour ceux et celles qui n’ont pas les compétences (et c’est un frein réel pour StatusNet) pour avoir leur propre instance. Depuis StatusNet je pousse mes infos vers Twitter et d’autres réseaux sociaux disposant d’un minima d’ouverture (une API pour écrire ou des interfaces avec Twitter par exemple).

    Bref si StatusNet n’est pas parfait, il ne tient qu’à nous utilisateur d’essayer de l’améliorer. Créer un énième protocole aussi libre fut-il n’aidera en rien. C’est de la dispersion et du gaspillage… Le Libre en a-t-il les moyens ?

  66. Je pense que si le libre ne se paye pas le luxe de la concurrence, il crèvera (sinon pas d’évolution possible). Aujourd’hui on a la démonstration que le clonage n’est pas une solution satisfaisante. Status.net, ça marche pas parce ce n’est qu’un clone de Twitter. Donc, c’est trop tard pour cette solution. Il y a en elle quelque chose qui n’a pas séduit, il faut essayer autre chose, quelque chose de libre et qui irait au-delà des solutions privatives.

  67. Thierry @crouzet présente le service Tent : alternative à Twitter ? http://t.co/JPADIquO

  68. [Veille] Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/Raf1u3mn

  69. [Veille] Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/Raf1u3mn

  70. Lorsque la concurrence ne conduit qu’à créer un énième ersatz de quelque chose qui existe déjà en moins fini, je ne vois pas son intérêt…
    L’arbre des distributions GNU/linux
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8c/Gldt.svg
    est à mon sens très démonstratif de ce que la concurrence sans un minimum de concertation et de gourvernance donne.
    Après je suis d’accord que StatusNet n’est qu’un ersatz “libre” de Twitter. Tent n’est qu’un protocole libre de plus pour porter quel usage ? Le même que Twitter en décentralisé, donc on est d’accord, c’est perdu.
    Il faut chercher une rupture dans les usages et pas dans le protocole.

  71. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/UvQ8Ut2i

  72. Je ne peux qu’être d’accord avec ta conclusion. Mais le libre peut-il encore être créatif? J’ai des doutes en ce moment. Une sorte de paralysie s’empare de tout le monde.

  73. X says:

    “Une sorte de paralysie s’empare de tout le monde.”

    C’est que l’outil n’est pas un miracle.

    On est beaucoup à avoir confondu les possibilités d’un outil, et les conditions requises pour qu’il en sorte quelque chose de bon.

    Aujourd’hui, n’importe qui peut créer un magazine en ligne. Mais uniquement techniquement. Créer un bon contenu, c’est une autre affaire.

    Il ne suffit pas de quelques pots de peinture, pour faire un peintre.

    Internet nous ramène au temps où l’on recevait, à dix ans, une mallette de petit chimiste. Passées quelques semaines, on se rendait compte que la mallette ne suffisait pas pour être chimiste. Elle ne dispensait pas d’un long travail, et à dix ans on n’avait pas le courage de ce travail. On laissait la mallette, et on demandait un nouveau jeu.

    Nous avons aujourd’hui tous les outils pour transformer le monde, pour diffuser des oeuvres, des musiques, des romans, des infos, des idées, pour nous associer, nous faire connaître…

    Mais en quoi ces outils nous aident-ils, pour écrire de bons romans qui vont passionner les foules, pour composer des musiques qui se distingueront des milliers de musiciens concurrents, pour trouver les vraies bonnes idées qui amèront les hommes à construire une autre société … ?

    Nous jouons un peu avec ces outils, puis on se lasse, parce qu’il n’en sort rien de solide ni de durable : parce que jouer avec des outils, ce n’est pas encore les transformer en oeuvres ou en réalités.

    Les outils changent à toute vitesse, ne laissant pas d’autre possibilité que de jouer un peu avec eux, nous en sortons aussi frustrés que des gamins avec leur boite de petit chimiste. A la fin, on se dégoûte de noël, et on cesse de croire que le prochain cadeau va changer la vie. On se déconnecte, on retourne à son jardin, on réapprend que pour simplement faire pousser des carottes il faut beaucoup de temps, de science, et de soins.

  74. Fof K. says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/UvQ8Ut2i

  75. akaVeille says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre (+2) http://t.co/yKjCFUCL #NectarDuBouillon

  76. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/UvQ8Ut2i

  77. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/UvQ8Ut2i

  78. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/cmD71ohl

  79. Raffa says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre (de et v @crouzet, et v @nessyduloch, @uplib) http://t.co/HABlRWxy

  80. Perrier says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/UvQ8Ut2i

  81. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/UvQ8Ut2i

  82. Iza says:

    Je suis assez d’accord avec ça. Pour être créatif … il faut développer sa créativité. L’outil n’y change rien.

    En revanche “outiller” sa créativité, de nos jours, c’est génial. Seulement c’est bien par la compétence humaine, subtile, complexe et tout ça qu’il faut commencer.

    Bises à vous, dans les volutes de nos conversations passées ….

  83. @Thierry :
    > Mais le libre peut-il encore être créatif? J’ai des doutes en ce moment.
    Ca m’intéresserait de comprendre les raisons qui te poussent à écrire cela (un avis que je partage au demeurant).

  84. Faut un billet, pour ça… je note dans un coin 🙂

  85. Georges Emmanuel says:

    Pour ma part, subsumant les analyses “dans l’guidon”, j’ajouterais que l’expression suivante me choque :
    “ce que le net a de révolutionnaire”
    Elle me paraît un tantinet désuète. De plus, la seule révolution échappant au risque totalitaire étant la révolution surréaliste, celle du désir et du sexe, on peut dire que l’internet “que nous promouvons” s’en éloigne. Non ?

  86. Passer de la pyramide au réseau, c’est révolutionnaire… surtout pour les tenants de la pyramide 🙂

  87. Wolforg says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre : http://t.co/2R6ZsBcf via @crouzet // +1

  88. RT @LinuxManua: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/0QqmGlvA

  89. Quitter Twitter et Facebook pour survivre – http://t.co/hwkahQQJ #twitter #Facebook #socialmedia #redesociales #educacion

  90. Quitter #FB et #Twitter pour survivre "J’appartiens à la famille des utopistes (ou vieux cons si vous préférez)" http://t.co/J8AypITK

  91. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/cqFCZHuN

  92. fmDao says:

    RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/45e28RId

  93. Yoxigen says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/0sG1Qs7F

  94. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/mb6FWC9h

  95. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/pEmCPFQj

  96. farhane says:

    Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/FoJlxXgZ

  97. « Quitter Twitter et Facebook pour survivre »
    http://t.co/LDUJeJey http://t.co/MxPDoNXc

  98. Nous devons nous réapproprier les réseaux sociaux http://t.co/4PPj7b6q

  99. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/A4IlbOII

  100. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/A4IlbOII

  101. André says:

    RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/z3vebLQm

  102. RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/i0XloO91

  103. Neros says:

    RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/M83Znhen

  104. Comment redonner à notre organisation sociale pus de #liberté ? En quittant #Twitter ! http://t.co/VLImsrGN v/ @crouzet

  105. RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/FMAT8KNM

  106. RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/FMAT8KNM

  107. adriel says:

    RT @crouzet: Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/vVplp0pQ

  108. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/A4IlbOII

  109. Quitter Twitter et Facebook pour survivre http://t.co/A4IlbOII

  110. ropib says:

    De plus en plus nous utilisons des services centralisés aussi pour les mails. Évidemment il est toujours possible d’utiliser des clients lourds qui récupèrent tous les mails en local… je trouve ça franchement dommage. C’est comme s’il n’y avait aucune alternative entre la dépossession et la propriété matérielle (mon disque dur tombe en panne, il tombe en panne : mes données seules sont stockées à un seul endroit à un moment donné). Aujourd’hui les initiatives “pirates” (du type freedom-box) s’inscrivent dans ce mouvement de re-matérialisation, et je ne m’y retrouve pas du tout… Je suis pour de la véritable informatique dans les nuages : un boitier partageant de la capacité de calcul, de stockage et de débit, où l’information est dispersée, cryptée, redondée, une virtualisation matérielle au niveau mondial.

  111. Naim says:

    Un service pulbic ? Pour quelque chose qui rele8ve tout de meame de l’acte individuel. C’est de9licat : Une petite piqfbre de rappel : Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d’hommes semblables et e9gaux qui tournent sans repos sur eux-meames pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur e2me. Chacun d’eux, retire9 e0 l’e9cart, est comme e9tranger e0 la destine9e de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l’espe8ce humaine ; quant au demeurant de ses concitoyens, il est e0 cf4te9 d’eux, mais il ne les voit pas ; il les touche et ne les sent point ; il n’existe qu’en lui-meame et pour lui seul, et, s’il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu’il n’a plus de patrie.?a0a0a0a0a0a0Au-dessus de ceux-le0 s’e9le8ve un pouvoir immense et tute9laire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, de9taille9, re9gulier, pre9voyant et doux. Il ressemblerait e0 la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de pre9parer les hommes e0 l’e2ge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’e0 les fixer irre9vocablement dans l’enfance ; il aime que les citoyens se re9jouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’e0 se re9jouir. Il travaille volontiers e0 leur bonheur ; mais il veut en eatre l’unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit e0 leur se9curite9, pre9voit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, re8gle leurs successions, divise leurs he9ritages, que ne peut-il leur f4ter entie8rement le trouble de penser et la peine de vivre ??Tocqueville, De la de9mocratie en Ame9rique, t. II, IVe partie, Chap. V.Sinon, l’e9mission des Nouveaux chemins de la connaissance, sur le sujet Qu’attendons-nous pour eatre heureux ? e9tait tout e0 fait sympathique et donne e0 penser

Comments are closed.