Deux images suffisent à démontrer pourquoi le revenu inconditionnel pour tous ne peut que s’imposer. La première montre la décroissance du travail manufacturier comparé à la croissance du travail robotisé. La seconde montre une imprimante 3D qui construit en une journée une maison individuelle.

Humans in the USA vs. Robots Worldwide

Imprimante 3D imaginé par Behrokh Khoshnevis.

J’aurais pu ajouter d’autres images. Montrer que le coût de l’énergie ne peut que s’effondrer. Nous ne traversons qu’une crise des énergies fossiles. Que d’autres coûts s’effondreront avec leur automatisation. Je pense à la comptabilité. Qui n’est toujours pas automatisée pour nous donner le droit de magouiller. Et jusqu’à l’enseignement peut-être… quand je vois ce qu’on impose à mes enfants, je me dis parfois que des robots seraient moins nocifs que des profs déprimés et amorphes.

Parce que si nous n’instaurons pas le revenu de base inconditionnel, nous nous dirigerons vers une société de trop grands déséquilibres. Les possesseurs d’imprimantes et de robots (entendez aussi et surtout robots logiciels) seront les seuls ou presque à engranger des bénéfices.

Cette critique n’est pas neuve. Mais au temps glorieux du marxisme, les usines avaient encore besoin d’ouvriers. Nous entrons désormais dans l’âge de L’après ouvrianat ou l’âge Des seuls patrons. Et quand il est seul, le patron s’ennuie. Et plus personne n’a les moyens de consommer les biens qu’il produit. Le revenu de base sera donc mis en place par le capitalisme lui-même, pour se donner un peu d’air. Et la gauche aurait tort de refuser cette largesse au nom de ses anciens combats. Mieux vaut être attaché à un compte en banque auto rempli qu’à une machine-outil bruyante. Après, le combat reste à l’ordre du jour, et avec plus de temps libres, il se mènera sur plus de fronts et avec plus d’énergie.

En quelque sorte, le revenu de base simulera la croissance. Les nouvelles liquidités introduites quotidiennement dans l’économie permettront de faire vivre le jeu de l’offre et de la demande (ce qui change peu de choses par rapport à la situation actuelle). Ce sera un peu comme si les casinos offraient de l’argent aux joueurs pour continuer à opérer.

Sans revenu de base, nous basculerions vers une société de maîtres et de vrais esclaves. Une société pas très bandante pour les maîtres. Il est plus cool d’être admirés dans les pages people que d’être craint par la plèbe. Le maître veut être aimé pas vilipendé. Il a besoin que son peuple ait le loisir de faire son éloge.

Le revenu de base signera paradoxalement la fin du capitalisme. Après L’âge des hommes viendra L’âge des machines. Elles finiront par remplacer les patrons. Et de nouveaux fronts s’ouvriront, encore et encore.

30

30 comments

  1. Valéry says:

    Ce qui est frappant avec ces sujets (revenu de base et robotisation), ce sont les refus qu’ils génèrent.

    Sur le revenu de base c’est le sempiternel “y-a pas d’argent”. Comme si de l’argent, il y en avait de plus en plus pour ceux qui en ont le plus besoin. Bon.

    Mais surtout sur les robots, c’est toujours du “non mais c’est dans 30 ans”, “oui ça fait 20 ans qu’on dit ça” et t’as beau leur montrer des exemples à n’en plus finir, les mêmes qui refuseraient aujourd’hui d’aller à une caisse avec caissière te disent que non, non, ça va rien changer.

    Je me demande d’où vient cet aveuglement de la part de personnes plutôt censées par ailleurs.

  2. On aime le changement mais il fait peur…

  3. Valéry says:

    Mais oui mais nier le changement ne l’a jamais fait disparaître. Et la plupart des personnes qui le nient le savent, ont un cerveau, arrivent à raisonner.

    Y-a pas, on doit descendre de l’autruche par une branche, je vois que ça.

  4. Nathan says:

    Une exemple tout bête:

    mon pere travaillait dans une usine de pièces en acier, en faisant les 3/8.

    Son patron l’à remplacé, lui et ces 2 collègues (les 2 tournant avec lui pour les 3/8) pas une seule et unique machine, qui consomme certes de l’électricité tout les mois, et qui à coûté (instalation comprise) 49 000€. Avec un calcule sur une base d’un SMIC, en prenant les charges en compte, la machine est remboursé en moins d’un ans, elle ne tombe pas malade, ne prend pas de vacances etc…

    Et cela sera pareille pour la plupart des travaux manuel non artistique et encore…

  5. Barral says:

    Je te trouve bien optimiste…

  6. tester says:

    Trop gros ! On sent très bien le dogmatisme au détriment du pragmatisme…

  7. Jeff Renault says:

    “Montrer que le coût de l’énergie ne peut que s’effondrer.”

    J’ai des doutes… le pic pétrolier (et au-delà le “peak-all”) pourrait bien changer la donne. La révolution industrielle devrait en réalité s’appeler la révolution énergétique tant elle n’a été possible que par l’énergie dont on a pensé longtemps qu’elle serait abondante au point d’être inépuisable. Or, on sait aujourd’hui que cela n’est pas vrai, et que les ressources de la planète sont limitées.

    C’est le seul bémol (mais de taille) qui me taraude quand on parle revenu de base (mais que personne n’évoque, à ma grande surprise). Car l’automatisation repose sur l’énergie, et donc, sans énergie, le retour à l’huile de coude ne sera plus une option 🙁

  8. Et moi qui croyait ce billet très cynique…

  9. tester says:

    @Jeff Renault : puis faut aussi craindre le soulèvement des machines car elles-aussi vondront un jour ou l’autre s’émanciper du maitre humain…

  10. Louis Boël says:

    C’est clair, c’est concis, cela frappe l’imaginaire et la mémoire. C’est très bien. Je partage sur la page FB du Groupe “SORTIR de la CRISE par le HAUT”.
    Personnellement, je pense que c’est un des messages les plus importants de notre temps: il est devenu complètement dingue de demander “DU TRAVAIL”, comme nos aïeux, à qui nous sommes à jamais redevables des progrès technologiques car ils ont joué le rôle “deS robots” qui n’existaient pas encore (le “travail en miettes”). La mécanisation, l’automatisation des machines et des systèmes, et l’informatique permettent aujourd’hui de travailler peu ou pas du tout pour des tâches serviles répétitives et inintéressantes. Les responsables d’industries ne gardent un rôle à la main d’oeuvre subalterne que pour continuer à contrôler des ouvriers bon marché à travers des délocalisations successives et surtout entretenir un flou très profitable sur leurs coûts et leurs marges. Nous n’avons pas besoin de “Travail” mais d’une VIE intéressante, confortable et raisonnablement paisible, créative, esthétique, inventive, en progrès et transformation constante, entrepreneuriale si cela nous intéresse, solidaire, utile ou contemplative, au gré de nos préférences et de nos changements. Cela suppose de réinventer la société de fond en comble, mais surtout de NOUS RÉINVENTER NOUS-MÊMES afin de perdre notre “servitude volontaire” (Étienne de la Boétie, 1530-1563 ), c’est à dire notre habitude d’accepter les décisions, les analyses et les mythes que nous servent les hiérarchies politiques, sociales, religieuses et culturelles, seule manière que nous avons eue, durant bientôt trois siècles, de garder, au prix d’une perte de sens et de responsabilité, un certain équilibre psychologique malgré le “travail en miette” qui n’avait aucun intérêt autre que de nous nourrir et de “participer”, mais aveuglément, au progrès des technologies salvatrices.
    Seul bémol: comme je le cite d’autre part (site) à propos des travaux très intéressants de l’Atelier Paul Fabra (www.atelierpaulfabra.org), il nous faut soutenir tous les efforts qui visent à faire passer LA SCIENCE ÉCONOMIQUE, du FLOU des sciences humaines et de la manipulation socio-politique, à une ÉCONOMIE DÉFINIE qui se rapproche de l’objectivité des sciences dures. Cela permettrait d’étudier plus sérieusement la légitimité des prix, la justice fiscale, l’équité des répartitions sociales, etc. Dans ce contexte, il est proposé de réserver le terme de “REVENU” au produit d’une activité génératrice de valeurs commercialisables (entreprise, artisanat, services, etc., mais pas la spéculation ou la plus-value boursière “apparente”!). Le terme de “TRANSFERT” étant alors réservé à toutes les autres façon d’acquérir du pouvoir d’achat: dons, mécénat, solidarité, partage, etc. Je proposerais donc les termes “transfert universel” ou “allocation de base”. Dans ce contexte, le Tag “Dividende Universel” est spécialement intéressant et ouvreur de créativité: on pourrait travailler sur l’idée de coopératives ouvertes qui ouvriraient, en plus de l’allocation minimale de base, un droit à un tel “dividende (=vrai revenu) communautaire”. Vaste chantier… mais énorme révolution vers la Liberté et l’Individuation 😉

  11. Louis Boël says:

    à Jeff Renault: je pense que vous faites erreur… comme ingénieur agronome je suis familier de la photosyntèse et je ne puis pas suivre votre raisonnement sur la finitude des énergies. Les carburants fossiles ne sont que des réserves de condensat du bois fabriqué jadis par photosyntèse. Le Soleil nous fournit et nous fournira une énergie pléthorique et renouvelable chaque matin jusqu’à son extinction qui sera pour nous, de toute façon, “la fin de notre monde”. Cette énergie prend diverses formes: lumière, chaleur, et photosynthèse végétale qui ouvre à la culture des matières premières (bois et dérivés) nécessaires à la fabrication d’électricité (> hydrogène, …) et à toutes les industries de synthèse qui travaillent aujourd’hui à partir du pétrole. Seul la soif de pouvoir et de contrôle de la permanence (=habitude !) de leurs revenus les plus faciles (et les mieux installés et fiscalement protégés: corruption…!) fait que les industries liées de près ou de loin à l’énergie fossile, n’ont pas encore étudié les énergies alternatives au point de les rendre plus rentables que le pétrole. 😉

  12. blurk says:

    Comme on n’arrive pas à partager le travail, la seule solution, c’est de partager les richesses.
    Ben oui, quand 1% de l’humanité aura 100% des richesses, à votre avis, ils feront comment les 99% d’humains restant ?

    A mon avis, il y a 3 obstacles à surmonter: (corrigez moi si j’en ai oublié)
    – La cohésion mondiale (que tous les pays œuvrent dans le même but au lieu de se voler des technologies et provoquer des délocalisations)
    – Une énergie illimitée et accessible librement à tous pour l’instant inaccessible
    (il va falloir travailler plus sérieusement sur l’énergie solaire, aucun progrès en 40 ans, lobby pétrolier à l’appui)
    – Que la finalité des doctrines socioéconomiques ne soit plus l’argent, mais l’humain (voir même l’ensemble du vivant)

    En tout cas, merci pur cet article, qui soulève un sujet important pour l’avenir de notre civilisation.

  13. Bigben says:

    Que de réactions … dans ma tête !
    1. J’ai reconnu le graphique dinternetactu.net : il est frappant mais montre peu de choses (on s’attendrait à une corrélation plus nette s’il y avait causalité)
    2. J’ai BEAUCOUP aimé votre phrase sur la comptabilité (ça fait longtemps que je dis que les comptables sont les maîtres du monde !).
    3. La photo de l’imprimante 3D est impressionnante : je me suis senti en même temps ébahi mais aussi inquiet (“sur le thème du “que vont devenir …”)
    4. @Jeff Renault sur “les ressources limitées”, “la planète finie” : ce sont pour moi des éléments de langage très utilisés par les (des) écolos pour promouvoir une ascèse. En réalité (cf LB), la Terre reçoit une énorme quantité d’énergie de manière continue? Je vous invite à aller sur le site de Manicore pour avoir des idées précises (et quantifiées, contrairement, à ma tristesse, aux écologistes)
    5. @Louis Boët : Sur l’avenir, je suis un peu plus inquiet que vous : je constate que mes jeunes collègues (informaticiens) sont très consommateurs (smartphones, séries TV, jeux vidéos) et peu bidouilleurs. JE ne peux m’empécher de penser aux “humains” dépeints dans Wall-e.
    6. Sur le dividende universel, je garde des doutes : si l’idée est bonne, pourquoi n’émerge-t-elle pas ? J’avais lu un livre sur les monnaies complémentaires qui demandait que l’état les promulgue. Pour moi (et je crois que nous nous rejoingnons avec l’auteur de ce blog), ces innovations doivent EMERGER (est-ce que les SEL vont s’étendre ?). Il va être intéressant de suivre l’exemple de la Suisse, du coup.
    Connaissez-vous l’expérience “Monnaie M” ? Je l’ai vue et me dis depuis plusieurs semaiens que je devrais au moins m’y inscrire (mais je n’ai pas acheté de bitcoins il y a 3 ans 🙁 alors que j’avais la même envie).

    Bref, à suivre ..
    BigBen

  14. guifof says:

    Un revenu de base permettrait justement de libérer toutes les énergies! Celle des hommes! Nous sommes drogués à l’énergie. Et de succédané énergétique en succédané énergétique, nous arrivons aujourd’hui au sujet des gaz non conventionnels. Créant l’illusion pour une population qui ne prend pas le temps de se renseigner, qu’il s’agit d’une révolution. Mais même si on arrivait à créer un DESERTEC, le problèmes c’est que les nouveaux besoins que l’on va se créer vont engloutir cette nouvelle manne énergétique. Nous sommes drogués avant tout! La croissance, quant à elle, est en phase d’atterrissage mais n’a toujours pas sorti ses trains! Et comme les manettes ne répondent plus, les politiques, comme Montebourg, essaient de nous faire avaler les gaz non conventionnels. Quand on sait, en plus, que Philippe Crouzet, PDG de Valourec, fait du fric avec le gaz de schiste au USA alors qu’il est le mari de Sylvie Hubac, directrice de cabinet de François Hollande!!!! Frédéric Lordon a raison, notre gouvernement est de droite… mais de droite complexée! Enfin, pour finir sur le revenu de base, la plupart des gens n’en ont même pas entendu parler de ce projet. Ceux à qui j’en parle, ont ce réflexe exécrable du: ah oui mais non… ça marche pas ton truc. Et puis, il y a ceux qui adhèrent, et ils ont l’air, eux aussi, assez nombreux. L’initiative citoyenne européenne a beau s’être terminée en janvier 2014, il y a une autre pétition qui s’est lancée sur Avaaz.orr, et je ne m’explique pas pourquoi il y si peu de signatures. Voici le lien https://secure.avaaz.org/fr/petition/our_chance_to_end_poverty

  15. Aurel says:

    Avec le Mouvement pour le revenu de base dont certains considèrent Etienne Chouard comme un penseur des lumières, j’avoue que je l’ai en travers de la gorge… Non quelqu’un qui a des liens étroits avec l’extrême droite et dont le conspirationnisme est avéré n’a aucune légitimité à promouvoir le revenu de base.

  16. à ma connaissance, Etienne n’est pas un des grands défenseurs du revenu de base, je me souviens lui avoir présenté il y a quelques années Stéphane Laborde pour qu’il lui en explique le principe…

    Sinon sur Etienne et l’extrême droite, j’ai besoin d’être éclairé (je connaissais ses liens avec la gauche mais pas avec la droite). C’est surtout un bon anarchiste.

  17. A part des gens de Colibris, Chouard n’a pas vraiment de lien avec des gens de gauche mais a des liens bien plus étroits avec des antisémites, xénophobes et négationnistes d’extrême droite: http://paris.indymedia.org/spip.php?article8375

  18. Tout cela frise la calomnie… Si Étienne est d’extrême droite, je le suis aussi, puisque je suis ami avec lui.

  19. Aurélien says:

    Sur les robots bien sûr, qu’il y aura de plus en plus de robots pour effectuer des tâches qui demandent beaucoup d’efforts physique mais il faudra aussi des humains, des informaticiens, roboticiens et ingénieurs derrière ces machines qui permettront de gagner du temps donc faire un travail plus efficace aussi.

    Le revenu de base c’est possible. J’y crois toujours. C’est le seul moyen sûr de permettre à chacun de ne plus survivre mais vivre. C’est un moyen qui permettrait à certains d’exercer un emploi à mi-temps pour mieux s’occuper des enfants à côté, faire du sport ou encore développer une activité artistique que ça soit la musique ou la peinture. Le revenu de base est une idée sûre pour éradiquer la pauvreté là où les associations humanitaires n’ont pas assez de moyens financiers. Le revenu de base permet est un moyen efficace pour beaucoup de gens d’avoir moins peur des lendemains où ils ne pourraient plus payer leur loyer ou l’électricité. Enfin il est urgent de redéfinir la valeur travail en commençant par bannir le mot “assistanat” qui est en vogue chez bien des gens et qui ne veut rien dire. Si certains se retrouvent un jour dans la galère, ils seraient bien contents je pense d’avoir le RSA que d’autres refusent car ils retrouvent facilement un emploi aussi.

  20. Aurélien says:

    C’est pas de la calomnie c’est la triste vérité. Chouard est un europhobe et conspirationniste dont les liens avec l’extrême droite sont avérés. http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article135889

  21. Suis-je soudain antisémite si je dis que Le voyage au bout de la nuit est un immense livre ?

  22. Aurélien says:

    Rien à voir Thierry. Vous pouvez lire Nabe, écouter Jean-Louis Costes ou rire de certains sketchs de Dieudonné sans cautionner leurs idées dégueulasses. Dans le cas de Chouard il a des positions douteuses (sur la liberté d’expression par exemple) en plus d’admirer des gens sulfureux.
    Voici la lettre de quelqu’un qui l’apprécie et qui souligne ce qui est bon de dire: http://reflets.info/lettre-ouverte-a-etienne-chouard/

  23. Maintenant me faut un lien où Ètienne lui-même répond sur tous ces points… 🙂

  24. Aurélien says:

    Je vous ai filé les liens et peu importe ça ne change rien pour ma part concernant Chouard.

  25. 1/ Tu avoueras que cet article n’a aucun rapport avec lui au départ…

    2/ Que je suis loin d’être un enthousiaste du tirage au sort parce que selon moi il nous arrache pas au modèle représentatif… et pour moi tout soutient à ce modèle représentatif n’est guère rassurant, même chez les personnes les plus politiquement correctes.

  26. Aurélien says:

    Etre en permanence dans le double discours tout en véhiculant certaines idées insupportables, voilà comment je perçois les réponses d’Etienne Chouard dans ses vidéos et sur son site que vous allez trouver facilement.

  27. Aurélien says:

    C’était juste une parenthèse sur le revenu de base et de pointer selon moi quelque chose qui fait selon moi défaut à ce combat légitime. Le tirage au sort je n’y crois pas c’est une idée qui réconforte les abstentionnistes qui devraient aller voter s’ils ont vraiment conscience du danger de l’extrême droite et s’ils ont un minimum de convictions crédibles en politiques. Maintenant le droite de pétition je pense que cette idée devrait plutôt se développer en France et au niveau local, faire en sorte qu’il y ait la démocratie participative dans les municipales pour que le peuple puisse être maître de son destin aussi.

  28. Aurélien says:

    C’était juste une parenthèse sur le revenu de base et de pointer selon moi quelque chose qui fait selon moi défaut à ce combat légitime. Le tirage au sort je n’y crois pas c’est une idée qui réconforte les abstentionnistes qui devraient aller voter s’ils ont vraiment conscience du danger de l’extrême droite et s’ils ont un minimum de convictions crédibles en politiques. Maintenant le droit de pétition je pense que cette idée devrait plutôt se développer en France et au niveau local, faire en sorte qu’il y ait la démocratie participative dans les municipales pour que le peuple puisse être maître de son destin aussi.

  29. Pasdepitiépourlescroissants says:

    Ouais, ça a l’air super tout ça, mais sinon, on devrait peut être songer à abandonner l’idée de vouloir stimuler la croissance avant de nous crasher tous ensemble contre les limites de la planète non? C’est dingue ce qu’ils sont efficaces les médias et leur propagande…

  30. Tu confonds croissance à externalité négative et croissance de la masse monétaire, qui n’est qu’une croissance du lien social, sans externalité négative. La propagande marche dans les deux sens 🙂

    Cf http://blog.tcrouzet.com/2014/07/21/pour-un-droit-a-lexperimentation/

Comments are closed.