La tentation du pouvoir est partout. Qui en détient une parcelle en veut toujours plus. C’est vrai en politique, en économie, et même en littérature. Nous ne changerons pas de trajectoire historique sans remettre en cause la nécessité d’un centre.

Tentation de l’attentat

Abattre le centre et l’empire s’écroule comme un château de cartes.

Tentation de l’action

Parce que le centre pour celui qui l’occupe c’est tout le corps, son corps, il lui dicte ses volontés.

Tentation du contrôle

Le corps doit obéir sans discussion et surtout éviter de penser par lui-même. La désobéissance implique la médication immédiate.

Tentation de l’aveuglement

On n’écoute souvent pas son corps avant qu’il ne soit trop tard.

Tentation de la coercition

Découper le corps en membres attachés au cerveau, chacun reproduisant en lui-même le modèle général. Que tous reportent au centre. On ne domine bien que ceux qu’on connaît bien, d’autres soi-même, mais inférieurs.

Tentation de l’orgueil

Engager tout un peuple derrière la folie d’un seul, souvent par un excès de testostérone (ou la défaillance de quelques neurones dédiés aux fonctions sociales).

Tentation de la proximité

Qui n’est pas au centre doit s’en rapprocher pour avoir une chance de s’y glisser ou d’en tirer profit, et les capitales grandissent, et les prix de l’immobilier gonflent absurdement, avec eux les violences urbaines.

Tentation de Dieu

Quand on est tout en haut, les autres sont nécessairement au-dessous. Les esprits les plus sages ne résistent pas à cette consécration qui ne souffre d’aucune concurrence. Le polythéisme ne plaît guère à Dieu.

Tentation de la censure

Quand toutes les communications transitent par quelques points, la tentation de contrôle devient censure.

Tentation de mentir

Puisque les communications sont sous contrôle, personne ne le saura jamais.

Tentation de l’impunité

Puisque tous les autres sont au-dessous et soumis, ils ne réagiront pas.

Tentation du fric

Vivre au centre, c’est cher.

Tentation de la mode

Au centre, on est vu et l’on se compare. Le paraître y est une exigence.

Tentation de la cour

La proximité du monarque et de ses sbires enfièvre les ambitieux qui se disputent les meilleures loges.

Tentation du conformisme

Ce qui déplaît au centre n’a pas sa place.

Tentation des possibles

Comme il y a plus de monde au centre, on y a plus de chances de rencontres et d’aventures, une vérité statistique qui pour la majorité implique une vie à l’étroit.

Tentation de l’exclusion

C’est un phénomène physique puisque tout le monde ne peut pas se tenir au sommet ou s’agripper aux parois. Plus la montagne est abrupte, plus les foules s’étalent dans les vallées alentour.

Tentation de la loi

Tout ce que fait le centre est honorable et doit être justifié.

Tentation de la police

Elle est l’arme de la loi.

Tentation de l’ordre

Quand les choses marchent d’elles-mêmes, elles risquent d’échapper au contrôle. On parle alors d’anarchie et appelle la police pour remettre de l’ordre.

Tentation du même

Le centre est si glorieux que d’autres centres se créent dans les domaines qu’il délaisse. Le pouvoir politique pour lui, le pouvoir économique ou culturel pour d’autres. Un centre implique d’autres centres et la négation de ce qui serait décentralisé.

Centralize your minds par OH-Photography

Centralize your minds par OH-Photography

4
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

4 comments

  1. Pousse ta logique jusqu’au bout. Si centraliser c’est la guerre, il ne faut pas de contribution créative et pour faire une économie vraiment P2P, pas d’intermédiaires pour les biens immatériels, pas de financement par la pub car soumise au dictat du marketing Fordiste, pas de Don qui obligerait une redevance morale entre individus. Donc tu devrais reconnaitre que le Partage Marchand est la moins mauvaise solution, la plus démocratique et la plus décentralisée ! Tu devrais aussi abandonner les commonistes qui exploitent aussi cette centralisation. Bref, il y a comme un grain de sable dans ton raisonnement.

  2. Tu dis n’importe quoi… le don est centralisé? Décentraliser ne veut pa dire l’éclatement des individus mais leur interconnexion. Le don est un des moyens d’établir des liens. En un temps de robots, je ne crois qu’au revenu de base.

  3. Le don n’est pas en soit centralisé, mais il contraint fortement les individus et s’il est imposé par un système centralisé qui légaliserait le partage non marchand, peut conduire à la guerre! Enfin, le revenu de base est inconditionnel, c’est donc considérer les artistes comme des ratés de la société, à ne leur offrir qu’un revenu plancher…je pense qu’ils méritent mieux à l’ère numérique.
    Le vrai P2P, c’est le Partage Marchand voir simulateur: http://ibanque.net/?p=10&f=1000&x=30 sur un simple RaspberryPi.

  4. Qui va imposer le don? Qui parle de ça? Encourager le don, c’est une chose, personne ne parle de l’imposer que je sache, ça s’appelle un impôts un don imposé. Un don, ça ne contraint pas, au contraire ça libère parce que ça crée un nouveau lien entre le créateur et le spectateur qui participe à la complexification du monde.

    Tu t’enfermes dans un modèle. Tu crois que tout le monde est intégriste. Que tout doit passer par une solution unique. Rien n’empêche le don de cohabiter avec les échanges marchands, c’est aux auteurs de décider ce qu’ils souhaitent, sachant que personne désormais n’empêchera les échanges non marchands.

Comments are closed.