Ça me fait bizarre d’en être là. Il y a quatorze ans exactement François Bourin, après avoir lu un de mes carnets de voyage qui traînait sur la table d’une amie, me suggérait d’écrire un roman classique, pourquoi pas un roman historique, pour prouver que je maîtrisais l’art romanesque, avant de prétendre à pouvoir publier des textes plus expérimentaux (mes carnets par exemple).

Je partais alors vivre à Londres, et je me suis dit pourquoi pas regarder du côté de la double vie de Newton, et je suis tombé sur un Grec, et je me suis pris de passion pour lui, et je n’ai pas pu m’empêcher d’écrire un roman expérimental, repris au moins une dizaine de fois, avant de peu à peu lui donner une forme minimaliste. Et aujourd’hui, on est au stade de la couverture. Code typo contractuel de L’âge d’homme. Trois possibilités. Avec slogan ou non. Tout reste possible. Vous pouvez critiquer, suggérer.

Un homme à l'ombre d'un gnomon (image trouvé sur le Net).

Un homme à l’ombre d’un gnomon (image trouvé sur le Net).

Mur de la nouvelle bibliothèque d'Alexandrie.

Mur de la nouvelle bibliothèque d’Alexandrie.

8

8 comments

  1. Manu says:

    La deuxième couverture me plaît beaucoup, visuellement elle a plus d’impact que les deux autres. Mais la troisième n’est pas mal non plus. La première a un goût de déjà-vu.

  2. Anne du 17 says:

    Bonjour,
    C’est vrai comme l’indique Manu que la première est plus classique dans son dessin mais c’est vraiment celle qui me ferait ouvrir le livre dans une librairie. Les deux autres me laissent indifférente.
    Pourquoi ce slogan? Il fait s’attendre à une bio alors que la couverture indique un roman et on se sait plus à quoi s’attendre. Du coup je prends le livre mais, suivant mon humeur du jour, je ne l’ouvre pas forcément.
    Bon, ce n’est que mon ressenti, et des goûts et des couleurs…

  3. Samuel_Begobi says:

    La couve 1 me plait mais il y a dissonnace avec la phrase mise en exergue, il vaudrait mieux mettre un contemporain de l’ordinateur représenté (Alan Turing (pas assez connu) Bill Gates ou Steve Jobs) !

  4. Joneskind says:

    J’aime beaucoup la deuxième couverture. Elle m’intrigue plus que les deux autres. J’y vois beaucoup de références philosopiques et mythologiques. D’abord il y a une sorte d’Atlas qui porte un fardeau. Et puis il y a l’ombre projetée, celle du mythe de la caverne. Enfin il y a cadran solaire qui doit probablement faire référence au modèle héliocentrique du système solaire (si je ne me trompe pas Eratosthène l’avait déjà théorisé, comme il avait donné la forme et la taille de la Terre). C’est donc une couverture qui me raconte une histoire. Les deux autres pourraient aussi bien se trouver sur des livres d’Histoire de l’Art ou d’Histoire tout court, avec toute la dimension pédagogique et ennuyeuse que ça suppose.

    Je ne suis pas très fan de la légende. Ça fait “Canada Dry”. Une référence à une autre référence. Et même si de Vinci est un génie, j’ai peur que son ancienneté joue en la défaveur de ton héros. La modernité d’Eratosthène va en pâtir. Et je crois que ton propos est de mettre en avant cette modernité. Que Eratosthène aurait pu être un penseur moderne du XXème siècle. Compare le donc à une référence plus contemporaine.

    J’espère avoir contribué un peu à ta réflexion !

  5. ever says:

    j’aime bien la deuxième aussi.

  6. Christophe Grébert says:

    La 1ère est efficace et sympa. elle fait plus “roman”. Les 2 autres font “essai sérieux”

  7. On est en train de partir sur une variante de la 1…

  8. sabine says:

    Je préfère la 1ère.

Comments are closed.