Un peu agacé de voir les intermittents faire leur diva. Un peu jaloux de leurs privilèges. Je suis écrivain à temps plein, pas même un intermittent et je gagne bien moins qu’eux. Alors les voir hululer pour leurs seules fesses me dégoûte, et me donnerait presque envie de me ranger dans le camp de ceux qui veulent voir tous les privilèges corporatistes abolis.

Bon sang, vous ne pouvez pas ouvrir les yeux sur le monde, lire Piketty : l’écart entre riches et pauvres se creuse. Vous êtes dans le camp des pauvres, j’en conviens, mais vous n’êtes pas les seuls. En luttant pour vous, vous vous attirez la haine de tous les autres maltraités, et qui n’ont pas comme vous, ou comme les agents de la SNCF, les moyens de prendre en otage les citoyens.

Que les écrivains s’arrêtent d’écrire, les peintres de peindre ou les musiciens de jouer, personne ne s’en soucie, parce que toujours d’autres écrivains, peintres ou musiciens viendront prendre leur place. Vous avez été fonctionnarisés depuis longtemps, et ce n’est pas un hasard si vous avez un pouvoir immédiat sur la vie de la cité. Ce pouvoir justifie vos avantages et les explique. Prenez garde, dans un monde qui se dématérialise, tout cela pourrait partir en fumée, vos spectacles n’être plus que sur YouTube, sans vous.

En défendant votre seul statut, vous ne formez qu’une bande de petits égoïstes. Vous avez le chômage, nous autres artistes n’avons rien. Nous sommes livrés au marché. Ça ne vous choque pas que l’auteur qui a écrit le spectacle que vous montez n’ait lui aucune sécurité de l’emploi ?

Vous devriez changer de stratégie. Vous avez des scènes ouvertes, des spectateurs à l’écoute, proposez-leur une véritable solution de société, valable pour vous, pour les autres artistes et qui pourrait être étendue à tous.

Il ne s’agit pas de défendre votre statut d’intermittent, mais reconnaître que nous sommes de plus en plus nombreux à être intermittents. C’est une conséquence technique de l’automatisation. Le plein emploi n’est plus qu’une anomalie propre à la révolution industrielle. Nous vivons la révolution numérique, une révolution cognitive.

On ne peut pas s’opposer à cette évolution-là. On peut en revanche chercher à y adapter la société. Exigeant par exemple un revenu de base inconditionnel pour tous les artistes et intermittents, avant de plus tard le généraliser à tous. Ce serait un vrai pas en avant. Un revenu de base ne serait pas un chômage, en rien lié à la hauteur des revenus antérieurs. Ce serait un fixe pour vivre et créer, auxquels s’ajouteraient les autres revenus. Une ligne de vie. Oui, pour libérer, pour créer.

Battez-vous pour demain, pas pour prolonger encore un jour ou deux les acquis d’hier. Si vous gagnez votre bataille actuelle, c’est la société entière qui perdra une chance d’aller de l’avant. Vous avez raison de vous révolter, mais armez-vous d’une idéologie contemporaine. C’est l’idée même de chômage qui doit être abolie et celle d’intermittence généralisée.

Un slogan un peu rassurant.

Un slogan un peu rassurant.

18

18 comments

  1. Tom says:

    Bon article! Je suis moi même artiste peintre et je n’ai le droit à rien à part payer! Et je ne passe pas mon temps à me plaindre! Et ce qui m’énerve le plus avec ces intermittent c’est que ce sont des vendus au système et des rois de la propagande. Ca vie de subvention et quand leur spectacle pour beaucoup minable et sans spectateur hormis les lycéens et collégiens obligé de subir leur “art” sont terminé ça touche le chômage! Quand on y pense ce n’est pas un service pour l’art d’avoir des mecs comme ça payé, si t’es doué t’y arrivera sinon va bosser chez mc do!

  2. Ladislav says:

    Point de vue assez étrange. Alors dans ce cas, abdiquons tous. Autant le RDB est un humanisme, autant vos aigreurs me surprennent. Le revenu de base serait une belle idée mais il appartient à ceux qui la soutienne de la faire connaître, d’en expliquer les causes, d’en démontrer les avantages. Critiquer ceux qui défendent leur statut et une façon de cliver encore plus notre société. Les intermitants défendent un système de mutualisation, ce qui n’est pas antinomique à l’idée du RDB bien au contraire. Le RDB ne se construira pas avec de la rencoeur… Vous me désolez.

  3. Étrange de voir de la rancœur dans mon billet où moi j’ai mis que de l’ironie. Je serais rancunier si je crevais la dalle peut-être, c’est pas le cas. Quant à défendre un statut discrimant pour les autres artistes, oui ça me paraît très déplacé.

  4. Point says:

    Monsieur,

    vous lisez mal,

    cordialement.

  5. pancreas says:

    “Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous” : c’est bien ce qui est écrit sur le panneau, et c’est une des positions de la Coordination des intermittents et précaires depuis plus de dix ans. Au départ, (je ne me souviens pas les dates), le régime spécial d’indemnisation des artistes et techniciens du spectacle (annexes 8 et 10) n’a pas été créé en raison du secteur “culturel” de ces professions mais, à l’époque ils étaient les seuls à occuper des emplois discontinus. Je vous invite aux assemblées générales de la CIP, je vous invite à visiter le site http://www.cip-idf.org/
    Depuis 10 ans, c’est tout le régime d’indemnisation chômage qui a été étudié. Ce qui est à retenir : dans le nouvel “accord” du 22 mars, ce sont tous les chômeurs et précaires qui sont pénalisés et les intérimaires en première ligne. Vous en lirez le détail dans l’article en lien “Décryptage de l’accord Unedic du 22 mars 2014” : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7156

    Il est dangereux de tomber dans le piège qui consiste à considérer une partie de la population comme “privilégiés”. Bien à vous

  6. Antoine says:

    C’est vrai, c’est bon, il m’a fait grand plaisir de vous lire !
    Une belle réponse au délire ambiant, notamment quand on entend partout qu’on assinerai la culture !

    Par contre, vous voudrier exiger “un revenu de base inconditionnel pour tous les artistes et intermittents, avant de plus tard le généraliser à tous.”

    Cela ne me semble pas juste,

    Pourquoi vouloir faire ceci en deux étapes ?
    Comment définir un artiste ?

    Je suis contre les petites cases, contre les catégories.
    Ce faisant, vous créeriez une corporation de plus : les artistes.

    Restons inconditionel, restons égaux,
    c’est pour tout le monde, ou pour personne.

    Sinon, magnifique billet, frais et qui fait du bien, Merci !
    Inconditionnellement
    Antoine

  7. ça pourrait être une expérimentation, pour tester, sur un échantillon arbitraire… mais oui le revenu de base doit être inconditionnel.

  8. Heureux de lire tout ça, je suis passé sur le site ce matin, j’y ai trouvé des propositions conservatrices… Pas envie de me faire lyncher dans une assemblée générale. 🙂

    Les privilégiés ne manquent pas… les banquiers qui ont le pouvoir de créer de la fausse monnaie, par exemple. Ne soyez pas choqué d’avoir un privilège, mais choqué qu’il ne soit pas le privilège de tous.

  9. Béatrice Maria Argentina Cotte says:

    Très bonne article ,je ne vis pas en France mais là où je suis ,les artistes vivent le même problème ,les écrivains surtout ,je connais un grand écrivain qui doit fermer sa propre maison d’édition ,qui va être sans doute obligé de vendre ces ouvrages pour garder sa maison ,je suis une ancienne professionnelle de la santé mais j’ai toujours touché de proche des artistes dont mon propre frère avec qui j’ai appris la peinture ,mais surtout la photo et la création en graphisme ,mais je sais que je ne gagnerai jamais un vrai salaire ,surtout que voyez vous je travaillais pour le gouvernement et que j’ai perdu mon emploi à cause d’un abus de pouvoir causant un accident de travail ,ma perte d’emploi ,une grave erreur et négligence que je nommerai criminelle et je n’exagère pas ,vous allez voir si je peux avoir un blogue je vais m’ouvrir la gueule cette fois ,mais pour l’instant l’écriture ,la photo et la culture m’aide à traverser la douleur physique et psychique ,j’ai l’immense chance de vivre dans un endroit absolument bucolique grâce à la générosité de certains amis ,parmi la nature sauvage je peux cicatriser mes plaies ,devenir écrivain ,peintre artiste tout court ne vous rend pas riche en billets de banque mais riche dans votre tête vous bénéficiez d’une totale liberté ,aucun boss en arrière de vous qui vous considère comme son esclave ,des syndicats mous ,comme on dit :”ils ne mettent pas leurs culottes .”!,des horaires de fous ,de jour de nuit ,dix jours en ligne ,je suis handicapée physiquement ,le système ne me dédommage pas,mais comme je me dis :” on a eu mon physique ” mais mon cerveau et ma liberté de pensée ils ne pourront jamais me la retirer ,je vais avoir une retraite minuscule sans doute mais je continue de vivre une journée à la fois ,demain il y a 20 ans ma colonne fut massacrée une première fois ,j’ai appris qu’il était impossible de se battre contre “LES ROIS OU MÊME UN SEUL ROI avec ses valets que sont les fonctionnaires …Certaines valeurs ont disparues ,des sentiments comme sont ceux de l’empathie ,l’altruisme ,l’humanisme ,et puis depuis la nuit des temps ,les écrivains ,peintres ,musiciens ont la plupart du temps vécus dans la misère et ce n’est pas normal ,si vous n’existiez pas ,le monde deviendrai de plus en plus pauvre ,névrosé ..Revendiquez en manifestant pacifiquement ,vous vivez dans le pays où les droits de l’homme ont été inventés ,je pense que les français ne se rendent pas compte à quel point vous vivez dans un pays libre ,il faut vivre à l’étranger pour comparer justement les droits civiques

  10. Xavier says:

    Je partage aussi Thierry. Je me suis déjà posé la question en tant que coach de “nobodies”, des gens qui me donnent ce qu’ils peuvent, quand ils peuvent. Pour moi, mon métier est utile à la société, j’y gagne beaucoup moins que dans mes métiers précédents, et j’ai aussi l’impression que c’est un art… Dès lors, je me suis souvent demandé pourquoi monter sur scène méritait plus de sécurité que ce que je fais. Sans aigreur, sans jalousie, mais la question me revient à chaque fois que ça s’agite. Alors oui, voyons plus grand, et vive le revenu de base.

  11. Pascal Lemaire says:

    Revenu de base, une proposition pour la convergence des mouvements en lutte sur ce lien:
    http://blogs.mediapart.fr/edition/revenu-universel-de-base/article/110614/nos-amis-intermittents-du-spectacle-nos-amis-precaires-et-tous-ceux-qui-red
    si vous voulez en commenter l’idée….
    incitez à votre tour, autour de vous.

  12. Tu as écrit l’article soft qu’il fallait… pour tendre la main. La boucle est bouclée.

  13. AL says:

    Ainsi râlerait l’ours contre sa patte prise dans le piège, patte vraiment trop exigeante à souffrir et gémir alors que le reste du corps ne dit rien…

  14. Bastien says:

    Un revenu fixe pour les artistes ? J’aimerai en savoir plus sur cette idée. Mais qu’est ce qu’un artiste ? Et il me semble que les intermittents se financent alors concrètement le revunu “artiste” je ne vois pas trop d’application pratique. Merci de m’eclairer.

  15. corinne says:

    ce que les médias oublient surtout, et c’est pas faute de leur rappeller au AG etc.., c’est qu’au delà des intermittents c’est tous les précaires qui sont concernés. le chômage ne suffit plus aux financiers ils veulent l’autonomisation de la précarité pour avoir un bétail bien docile. ce n’est pas monsieur en crachant sur les avoirs des uns que vous grandirait les vôtres et dans tous ce bastions de profiteurs sachez que oui il y a le discour inévitable de la politique, du social, de l’économique mais surtout l’enjeu du culturel, du vivre ensemble, de l’intelligence et de l’amour et c’est avant tout celà qui est à défendre dans l’Art à mon humble avis. et c’est ce qui est défendu ici. on se bat pas pour un smic on se bat pour que notre société vive mieu. qu’est-ce qui vous fait écrire monsieur seulement les cachets, les résultat d’édition ? je ne peux le croire alors cessé de diffuser cette colère déplacée

  16. N’avez-vous pas l’impression que la colère est chez vous? Quant à l’art, il me paraît loin, très loin… Et vous ne croyez pas que l’art se porterait mieux si nous touchions tous un revenu de base, et que la société serait plus heureuse?

  17. robinho says:

    Que de jalousie dans cet article . Que les intermittents conservent leur régime particulier , quelle différence il y aura pour vous ? Parce que vous galerez , tout le monde doit galerer ? De plus , cette idée de défendre les droits de tous les precaires existe depuis longtemps chez les intermittents et je n ‘ ai pas le souvenir de l avoir vu dans d autres corps de metier . Cependant , les intermittents ne peuvent pas etre les seuls a defendre tous les precaires . Rejoignez les , du moins en manif , c ‘ est plus constructif que de les critiquer sur internet .

  18. 1/ Non je ne gallère pas…

    2/ Il me semble que je propose… et je les rejoindrais volontier si nous allions vers les biens communs…

    Cf ce papier à été suivi par d’autres : http://blog.tcrouzet.com/tag/intermittents/

Comments are closed.