Thierry Crouzet

Si un truc nous empêche de dormir nous autres gravellistes, c’est la question pneumatique. Nous sommes perpétuellement en quête du compromis confort/résistance tout en cherchant le combo idéal sur route, piste et single, combo dépendant bien sûr de nos usages et des terrains de jeu à notre disposition.

Je ne vais pas vous dire quels pneus utiliser, j’aimerais bien le savoir et pour cela il me faudrait en avoir testé des dizaines pendant des mois. Je veux simplement vous raconter où j’en suis après 18 mois de gravel.

J’ai commencé ma vie de gravelliste avec les Specialized Sawtooth 2Bliss Ready montés en standard sur mon Diverge (38 mm, 500 g, ratio route/piste/single : 40/60/0). Après 3 000 km sur les levees de Floride, ils étaient comme neufs et je n’avais jamais crevé, mais je les ai remplacés, parce qu’ils étaient trop inconfortables sur les chemins cabossés, même à 2 bars (le Diverge lui-même n’étant pas très confortable — c’est une machine de course, super joueuse, mais avec laquelle je ne partirai pas en bikepacking).

NE MANQUEZ AUCUN ARTICLE

Aux US, dans mon coin et au-delà jusqu’à la Dirty Kanza, beaucoup de gravellistes juraient par les WTB Resolute (42 mm, 460 g, ratio route/piste/single : 20/50/30). Je les ai donc montés sur mes Roval C38, sans le moindre souci, d’autant que je n’avais pas de compresseur et que je les ai fait claquer à la pompe. Je me suis dit que ceux qui avec avaient des difficultés n’avaient jamais monté de pneus tubeless VTT. Une fois gonflés, ces pneus mesuraient presque 43 mm, j’étais à la limite de l’acceptable pour mon Diverge (et c’est ce que je recherchais, monter le plus large possible pour maximiser le confort). Je voulais aussi des pneus à leur aise sur tous les terrains.

WTB Resolute
WTB Resolute

J’ai immédiatement noté que le rendement était moindre sur route (davantage de crampons, plus larges) tout en restant très bons sur terre avec un confort bien supérieur (en plus d’offrir une meilleure assise, ces pneus étaient plus souples). Mais pas de chance, j’ai crevé dès la première sortie, ramassant une vis à placo à l’arrière. Je crois que j’aurais crevé avec n’importe quel pneu (d’autant que comme un imbécile j’ai retiré la vis avant de rentrer chez moi). J’ai réparé avec une rustine et remonté le pneu, qui ne m’a plus trahi sur près de 3 000 km.

De retour en France, j’ai changé le pneu arrière, conservant l’avant, et je les ai soumis à des surfaces réputées difficiles, silex en tout genre, caillasses à la pelle. Je n’ai pas davantage crevé, mais ils se sont usés sur les flancs à une vitesse éclair. L’arrière laissait perler du liquide préventif après moins de 2 000 km (ce qui ne m’étais jamais arrivé en Floride). L’avant, lui, s’était transformé en pneu semi-slick (rien de surprenant après 5 000 km).

J’étais bien tenté de repartir avec les Resolute, pour leur confort, pour leur polyvalence, pour leur largeur optimale pour mon Diverge, mais lisant beaucoup de commentaires négatifs à leur sujet, notamment concernant leur fragilité, j’ai décidé d’essayer autre chose, pourquoi pas les ultralégers Maxxis Rambler 120TPI Exo (40 mm, 375 g, ratio route/piste/single : 20/60/20), dont j’ai lu des critiques souvent enthousiastes (j’aimais leur légèreté, leur réputé polyvalence, craignais leur fragilité, tiquais sur leur étroitesse).

Quand je l’es ai reçus, j’ai commencé par les peser, 406 g pour l’un, 428 g pour le second. Ils restaient ultralégers, mais pas autant qu’attendu. Le montage a été presque trop facile, pratiquement pas besoin d’outil. Je n’ai jamais vu ça avec des tubeless. Mais voilà que les choses se sont compliquées. J’ai été incapable de les faire claquer. Moi aussi j’avais des problèmes pour monter des tubeless, pas avec les Resolute, mais avec les Rambler (nul n’est immunisé aux galères — le diamètre de mes jantes fait peut-être que les Resolute s’y glissent avec facilité et les Rambler avec trop de facilité).

J’ai commencé par douter de mon compresseur, je suis allé chez un copain, ce n’était pas mieux. J’ai couru chez AllBikes 7 qui a réussi à faire claquer le pneu arrière, mais a échoué sur l’avant. Il semblait trop grand, vraiment trop grand ! Un copain m’a dit a posteriori que j’aurais dû retourner les pneus et attendre quelques jours avant de les monter (d’habitude je n’ai pas besoin d’être aussi patient).

J’ai lu qu’il y avait parfois des problèmes sur certains Rambler, j’aurais dû être plus vigilant. Autre surprise, le seul pneu monté loin de mesurer 40 mm avoisinait les 37 mm. Je me suis senti floué. Je les ai démontés, nettoyés et renvoyés (ProbikeShop ne m’a fait aucune difficulté — ils seraient bien cons vu le pognon que leur laisse — bon, j’ai pas encore vu l’argent réapparaître sur mon compte).

Diverge avec Pathfinder
Diverge avec Pathfinder

Pressé de reprendre la route, j’ai finalement décidé de monter des Specialized Pathfinder en 42 mm/540 g parce qu’ils étaient disponibles chez AllBikes 7 et que pas mal de copains gravellistes roulent avec (ratio route/piste/single : 50/50/0 estimé). Avec leur bande de roulement, je savais que dans le gras ils ne seraient pas à leur affaire, mais qu’en revanche qu’ils fileraient sur l’asphalte. Je ne me suis pas trompé. Je n’avais juste pas prévu que bien que moins larges que les Resolute (41 mm mesurés, ils seraient en revanche plus hauts, frôlant mon cadre à 5 mm environ).

Vu leur poids, ils seront costauds, peut-être un peu trop, parce qu’ils n’épargnent rien à mes bras sur les chemins de mes garrigues. En revanche, en parcours urbain, comme testés lors de la ligne de désir organisée par Original Montpellier Gravel en collaboration avec Arles Gravel, ils sont à la fête. Voilà peut-être des pneus idéaux pour le vélotaf. Mais moi qui fuis l’asphalte, je ne les conserverai sans doute pas longtemps. Je préfère des pneus plus souples, un poil plus cramponnés, quitte à ce qu’ils s’usent plus vite (les Resolute n’étaient pas loin de répondre à mes exigences). Mais tout ça reste incertain (en plus de subjectif). Je suis en train de me monter un monstercross que j’utiliserai notamment pour le bikepacking et pourquoi pas pour le gravel engagé, pendant que je réserverai le Diverge au gravel roulant avec ses Pathfinder.

Je crois que je n’ai pas fini de me prendre la tête avec ces histoires de pneumatique.

PS : Me faut des pneus 700C entre 38 et 42. Autres possibilités évoquées par les commentateurs ou que j’ai dans mes listes. Hutchinson (38 mm, 400 g). Michelin Power Gravel (40 mm, 450 g). WTB Nano (40 mm, 500 g). WTB Venture (40 mm, 500 g). WTB Byway (40 mm, 415 g). Gravel King Plus (38 mm, 360 g).