Thierry Crouzet

Vendredi 1er, Balaruc

Vent du nord, ciel tourmenté, sans volonté d’aller vers l’été, peut-être que la planète elle-même attend la fin du confinement, avec une certaine inquiétude. Les humains reprendront-ils leurs délires ?


La grande distribution a trouvé des masques que le gouvernement n’a pas trouvés pour les soignants. Comment après croire que le monde changera ?


L’Ours m’a proposé de lui écrire une nouvelle pour sa collection 22 222. J’ai ma petite idée, un récit sur le mode One Minute : La femme qui semait des livres.

NE MANQUEZ AUCUN ARTICLE

Samedi 2, Balaruc

J’ai cessé de m’éveiller saisi par l’urgence de dire.


Je passe la journée à lire Kwest d’Andrea Eschbach. Ce space opera me ramène à mes quinze ans. Je n’avais pas autant lu depuis le siècle dernier.

Dimanche 2, Balaruc

Je travaille à ma nouvelle, je m’y sens bien, peu importe le résultat, l’écriture en sera un moment agréable.

Lundi 4, Balaruc

L’avenir sera inchangé, l’avenir sera tout autre. Tour le monde ne cesse de parler d’après, l’un finira bien par tomber juste, je n’en suis même pas sûr. J’en arrive à un dégoût médiatique, parce que les médias, toujours avides de contenus, nous poussent à nous exprimer en échange d’un peu d’exposition.


Lolita me fatigue. Le début est brillant, puis on entre dans un développement laborieux et trop systématique.

Mardi 5, Balaruc

Je découvre que le sport extrême produit la même fatigue que l’effort intellectuel extrême. Voilà peut-être de quoi j’ai souffert après mes trois derniers mois d’hyperactivité. J’aurais dû les mettre au profit du romanesque, mais jamais ce genre d’énergie chez moi ne se déverse dans le roman, soit parce que je ne suis pas fait pour lui, soit parce que quand on se branche sur l’époque on ne penche pas vers le roman. Alors tout roman contemporain serait démodé.


J’ai terminé ma nouvelle ce matin. On dirait l’esquisse d’un film. J’écris en image, je m’adresse aux visuels. Cette nouvelle, c’est un concentré de mon esthétique. Je l’ai écrite avec douceur.


Hier à vélo, un point de contraction s’est réveillé à ma cuisse gauche, alors ce soir je suis parti courir, ma hanche tient le coup, j’entrevois de pouvoir bientôt m’amuser sur dix kilomètres. Au-delà, ça ne sera pas raisonnable.

Mercredi 6, Balaruc

« On ne fédère pas la liberté. Que quelqu’un se dresse en son nom et les amoureux de la liberté se détourneront de lui. » Réponse à un commentaire sur mon billet du jour. Pourquoi les gens ont-ils toujours cette idée qu’il faut un fédérateur, un petit livre rouge, un tronc commun, voire un programme commun. J’aspire à tout le contraire, que nous puissions exister dans notre absolue diversité.


L’été nous tombe dessus par surprise. Je me suis baigné pour la première fois cette année. Ce soir, l’étang est sublime, d’une paix incroyable, parce qu’autour aucune voiture ne circule. Voilà peut-être le moment historique de ce confinement, ce calme d’un soir, ce calme d’une vie et qui peut-être ne se répètera jamais.

Immobile
Immobile
Immobile
Immobile

Jeudi 7, Balaruc

Je déteste ces matins où je me lève sans projet d’écriture. Alors la tentation est forte de réagir à l’actualité, mais réagir n’est pas mon art. Je ne me réjouis que dans la construction. Alors, rêver du prochain livre. J’enquête sur mon héroïne, ma source d’inspiration. Trouver quelques faits biographiques à son sujet, me donne l’idée de relire mon projet d’autobiographie minuscule, et je m’amuse à le poursuivre presque furieusement. Je découvre des choses étonnantes, oubliées, comme si j’avais scotomisé une partie de ma vie.

Rougeurs du soir
Rougeurs du soir

Vendredi 8, Balaruc

Plus les jours passent, plus nous découvrons des cas covid antérieurs. Confirmé le 2 décembre dans l’Est, avec suspicion pour 27 novembre. Depuis quand ce virus traîne en France ? Pourquoi a-t-il dormi ? Qu’attendait-il sinon les bonnes conditions climatiques ?

Samedi 9, Balaruc

Sur les réseaux : « Le scientifique n’est sûr de pas grand-chose, et à mon avis bien moins que de nombreux philosophes qui ont construit des systèmes auxquels ils ont fini par croire. »

« L’artiste travaille sur un domaine avant qu’il puisse être philosophique, le philosophe avant qu’il puisse être scientifique. »

À la question « Le savoir serait-il donc la clé d’accès au pouvoir ? » je réponds « Pas le savoir, mais l’information… Par exemple, combien de morts du covid en Chine ? La réponse est juste une info qui ne change rien à la compréhension profonde du monde (nous savons déjà que l’homme est fourbe et les dictatures imbuvables). »

« Ce qui compte c’est de se poser des questions et de ne jamais avoir assez de réponses. »

« Il y a une philosophie par philosophe, mais moins de sciences que de scientifiques. »

Dimanche 10, Balaruc

Il pleut, il pleut aussi dans mon cœur.

Lundi 11, Balaruc

Parfois la décence exige le silence, mais le silence est en lui-même une épreuve.


Geoff Burt me propose de créer gratuitement la version audio de Clean Hand Save Lives. Bien sûr que j’accepte. Il se met aussi tôt au travail. Des vertus des licences libres. Le monde en serait simplifié.

Dimanche 17, Balaruc

Le filet
Le filet
Reprise de la pêche
Reprise de la pêche
Les pirates
Les pirates

Mardi 19, Balaruc

Les fleurs et les herbes envahissent les chemins. En un rien de temps, elles reprendraient le pouvoir sur le monde.


En me cantonnant autour de chez moi, le confinement ne m’a pas laissé voir le printemps s’installer. J’y saute en son milieu comme si depuis l’hiver j’avais voyagé dans l’hémisphère sud.

Jeudi 21, Balaruc

Bellevue
Bellevue

Samedi 23, Balaruc

À  vélo
À vélo
Après le vélo
Après le vélo
Après le vélo
Après le vélo

Dimanche 24, Balaruc

Lumière
Lumière

Lundi 25, Balaruc

Magnifique sortie vélo en soirée, avec vu sur les contreforts de la montagne Noire, étagés dans le bleuté du couchant. C’était époustouflant, le tout par une température idéale. Je ne pense pas à ma tristesse, je savoure, je rigole et m’extasie avec les copains.

Mardi 26, Balaruc

Depuis des années, une molaire me fait des misères, mal dévitalisée, elle était siège constant d’une petite infection, à savoir en quoi sa constance a influencé mon mental. Ce matin, un chirurgien dentiste s’est attaqué au problème avec son microscope binoculaire. Il a retrouvé une racine oubliée, a recreuser, colmaté. Tout ça parce qu’un dentiste maladroit et laxiste était passé avant lui. Et 820 € non remboursés à sortir de ma poche. C’était soit ça, soit me faire arracher la dent… Je vis une période d’arrachement.

Penser au coiffeur
Penser au coiffeur

Vendredi 29, Balaruc

Col du vent
Col du vent
Col du vent
Col du vent
Col du vent
Col du vent
Col du vent
Col du vent
L'Hérault
L'Hérault

Dimanche 31, Balaruc

L'angle
L'angle
Les salins
Les salins
L'étang
L'étang
L'étang
L'étang
La digue à vélo
La digue à vélo
Sète
Sète
L'étang
L'étang