Thierry Crouzet

Je suis inquiet parce que je découvre que je vis dans un pays gouverné par des irresponsables, irresponsable non faute de connaissances, mais parce qu’ils obéissent à des modes sociales, en l’occurrence celle du port du masque pour lutter contre le covid.

Le masque est un signe extérieur d’action, alors portons le masque partout et tout le temps pour faire croire que nous agissons, alors que nous n’agissons pas.

Pour lutter contre une maladie pulmonaire de type covid, trois mesures s’imposent par ordre d’importance.

NE MANQUEZ AUCUN ARTICLE

  1. L’hygiène des mains.
  2. La distanciation physique.
  3. Le port du masque quand la distanciation physique est impossible.
Le masque d'abord
Le masque d'abord

Quand je regarde, les statistiques Google Trends pour ces trois termes, je constate que nous avons un gros problème, même un très gros problème. On ne parle que de masques, alors que c’est la mesure la moins importante des trois, celle qui fait le moins la différence, la moins à même d’enrayer l’épidémie. Pour preuve, depuis des mois on nous dit de porter le masque, et les cas ne cessent d’augmenter, tout simplement parce que nous faisons tout à l’envers.

Après dix jours en Suisse, passés aux HUG (Hôpitaux Universitaires de Genève) où j’ai bouclé Vaincre les épidémies, un livre sur le covid en collaboration avec le professeur Didier Pittet, je suis rentré en France le 24 août et depuis je n’entends parler que du port du masque obligatoire et absolument jamais d’hygiène des mains, ce que confirment les tendances Google.

Le masque d'abord
Le masque d'abord

Rappels.

  1. Le covid se transmet essentiellement par gouttelettes et par contact (quand ces gouttelettes se déposent sur des surfaces puis que les mains les récoltent). Aucune étude sérieuse n’a démontré qu’il se transmettait par aérosol, donc qu’il restait en suspension dans l’air tout en étant contagieux (pourtant nos politiques font comme si, au nom d’un hypothétique principe de précaution). Les données de terrain contredisent d’ailleurs cette théorie. Dans les hôpitaux, les patients n’ont quasiment jamais été placés dans des chambres en pression négative pour interdire la circulation par aérosol. Par exemple, aux HUG, le taux de transmission nosocomial du covid a été quasi nul ce qui n’aurait pas été le cas si le virus se transmettait par aérosol, vu qu’aucune mesure n’a été prise pour éviter cette transmission. Autre argument : dans les clusters familiaux, rarement tous les membres d’une famille sont infectés, ce qui encore une fois milite contre une transmission par aérosol.
  2. Quand un virus pulmonaire se transmet par gouttelettes et contact, le contact est la voie la plus infectieuse (fait observé avec la grippe).
  3. Si on ne se frictionne pas les mains dès qu’on les met au contact de l’environnement social, on a des chances de ramasser le virus. Il faut donc parler encore et encore d’hygiène des mains, centrer la communication sur ce point, arrêter de parler de masques à tors et à travers.
  4. Le port du masque exige de se frictionner les mains avant et après avec une solution hydroalcoolique et avant et après toucher le masque. Chaque fois qu’on parle de masque, on devrait aussi parler de friction hydroalcoolique. On ne le fait pas, c’est criminel à ce stade de la pandémie (les trends devraient être identiques).
  5. Pour éviter la transmission directe par gouttelettes, il faut éviter à tout prix la promiscuité, mais les bars et les restaurants ne désemplissent pas et deviennent des bouillons de culture, car la distanciation sociale n’y est pas respectée. On fait porter le masque à tout le monde en ville, mais les clients à terrasse ont le droit de ne pas en porter alors qu’ils sont collées les uns aux autres, et pas seulement entre groupes de proches.
  6. Le masque n’est recommandé que quand la distanciation sociale est impossible. Donc, il faut éviter la promiscuité, éviter les cafés, les restaurants, les cinémas… et quand on n’a pas le choix, dans certaines boutiques, dans les transports en commun… on met le masque. Mais uniquement quand on n’a pas le choix.
  7. Le port du masque coercitif, aveugle, entretient l’épidémie plus qu’il ne l’enraye. Les courbes épidémiques nous le montreront dans les prochaines semaines (et le montrent déjà, de fait).
  8. Si nous voulons lutter contre cette épidémie, nous devons faire preuve de raison là où nos gouvernants ont perdu toute mesure. Nous devons éviter la promiscuité, pratiquer l’hygiène des mains, porter le masque quand nous n’avons pas le choix. Si nous ne revenons pas à la raison, la bombe épidémique explosera de nouveau.
  9. La mèche est d’ailleurs allumée. Les jeunes cultivent allègrement le covid et quand toutes les populations se retrouveront mêlées en septembre, les plus fragiles ne pourront plus se protéger, surtout s’ils se contentent de porter leur masque maladroitement, et ça fera boom.
  10. Le comble de l’hystérie, c’est quand le port du masque est obligatoire pour les cyclistes et les joggers. Ce virus a besoin de temps pour pénétrer un organisme, il ne suffit pas d’inhaler un bout d’ARN covid pour tomber malade. On est en train de dire aux citadins de ne plus faire de sport pour protéger leur santé, mais on autorise les fumeurs à enlever leur masque pour fumer et on incite les gens à prendre leur voiture pour se déplacer en ville. On touche le fond.

Je suis triste d’être Français en cet instant. À croire que nous n’avons rien appris durant les six premiers mois de 2020. Je me suis rarement senti aussi impuissant. D’habitude, j’arrive à me tenir à distance de la connerie, mais une pandémie n’a pas de frontière. Alors je dis, ça ne sert à rien, puisque nous avons basculé dans l’hystérie collective, mais au moins je me fais un peu de bien en parlant.

PS : Ce papier est un cri de rage, pas un résumé du livre qui sortira en octobre, qui lui sera bourré de sources, avec des explications détaillées. La transmission par aérosol est défendue par des chimistes, des météorologistes, des physiciens et peu d’infectiologues. Ne pas oublier qu’une fois un papier fallacieux publié, il faut des semaines, parfois des mois pour que sa réfutation soit publiée, souvent bien après que le mal soit fait (exemple de la chloroquine). J’ai vécu en direct avec les scientifiques qui réfutent, qui multiplient les lettres aux revues, comme celle linkée dans le texte vers le Lancet, mais ils ne peuvent pas utiliser tout leur temps à cette tâche alors qu’il faut en même temps combattre l’épidémie sur le terrain. Même l’OMS se laisse influencer. Tout le monde se blinde en ce moment, et ce n’est pas la meilleure stratégie pour lutter contre une épidémie. On expliquera cela aussi dans le livre.