Thierry Crouzet

Pendant que je soignais mon col du fémur à l’automne 2019, j’ai commencé à compiler une carte des itinéraires bikepacking en France. Je me suis dit que je devrais reprendre ce travail avec votre collaboration.

L’idée est simple : on entrecroise sur une seule carte autant d’itinéraires que possible, ainsi que les liaisons entre eux. De quoi nous donner des envies et créer de nouvelles traces par copier-coller.

Il me paraît important de rassembler les itinéraires FFC comme la GTMC, les traces des grandes courses d’endurance comme la French Divide ou la Gravel Tro Breizh ainsi que des traces incontournables comme le Tour de Charente et pourquoi pas mon Grand Tour de l’Hérault. Plus on ajoutera de traces, plus il sera facile d’en créer de nouvelles.

NE MANQUEZ AUCUN ARTICLE

Pour sélectionner les traces, il suffit de s’accorder sur une définition assez large du bikepacking, celle de bikepackig.com me paraissant intéressante parce qu’elle différencie le bikepacking du cyclotourisme : « Le bikepacking est la synthèse du VTT/gravel et du camping minimaliste. Il allie les randonnées de plusieurs jours dans la nature et le plaisir de piloter un VTT/gravel. C’est explorer des endroits peu parcourus, à la fois proches et lointains, via des singles, des chemins, des routes abandonnées, en transportant seulement le nécessaire. »

Une trace est une façon de révéler ce territoire peu parcouru. Pas plus que les mots qui racontent une histoire, elle ne peut être brevetée (on ne brevette pas le territoire public). Personne ne peut empêcher quelqu’un de suivre telle ou telle trace tel ou tel jour (sinon le paysant propriétaire d’une terre sur laquelle elle passe). Une trace est par nature open source. Cette qualité open source n’empêche pas l’organisation d’épreuves payantes sur ces traces, mais elle implique un devoir de partage, d’où l’idée de créer une carte qui compile les plus belles traces françaises.

Je compile sur Google Map parce qu’on peut superposer des centaines de traces, tout en les répartissant dans des calques thématiques faciles à afficher ou non. Je n’ai trouvé aucun autre outil aussi rapide et aussi stable. Une description peut accompagner chacune des traces, avec lien vers le site des auteurs.

Pour récupérer une trace, il faut exporter le calque où elle se trouve ou créer un nouveau calque, y glisser la trace, puis exporter ce calque.

L’exportation s’effectue en KML/KMZ, il faut alors convertir ce fichier en GPX pour le transférer sur un GPS. Pour le copier-coller, il existe de nombreux outils : j’utilise BaseCamp.

N’hésitez donc pas à m’envoyer des traces qui respectent l’esprit bikepacking défini plus haut ou des commentaires pour accompagner les traces déjà publiées.