Centre vaccination Sète
Centre vaccination Sète

Vaccins : un conflit de génération ?

Le 29 avril, à 10 h, il y a 4 jours, j’ai accompagné ma mère âgée de 82 ans recevoir son rappel de vaccin Pfizer, au centre de vaccination de Sète. Pendant que nous attendions, elle m’a dit « ils n’ont pas tous plus de 75 ans ».

En effet, beaucoup de jeunes entraient les uns après les autres dans le centre de vaccination. Pour la plupart, ils étaient même beaucoup plus jeunes que moi, approchant des 58 ans. Ma mère était furieuse, son premier rendez-vous de mi-janvier ayant été annulé au dernier moment, et elle avait dû attendre le 1er avril pour sa première injection, après des dizaines d’appels infructueux.

Mais nous étions rassurés, cette fois elle serait protégée, du moins nous l’espérions. Quand elle est ressortie, elle m’a dit qu’un pompier lui avait expliqué que le soir il restait toujours quelques doses de Pfizer ou Moderna et qu’il suffisait de se présenter pour être vacciné. J’ai posé la question à un ami médecin, qui m’a confirmé cette heureuse possibilité.

Ce soir donc, à 17 h 35, Isa et moi arrivons dans l’espoir de profiter d’un fond de flacon. Nous sommes une dizaine de personnes à attendre, bientôt une vingtaine. Certains passent devant tout le monde, discutent, parlementent. Mais on est où ? Au marché ? Un préposé met de l’ordre dans le chaos grandissant en expliquant que les doses restantes seraient distribuées par ordre de priorité. Du coup, tout le monde attend sagement.

Mais je commence à fulminer. Les dernières personnes avec rendez-vous, et donc qui nous passent devant, ont pour la plupart moins de 40 ans. J’entends que la jeunesse ne dispense pas des facteurs de comorbidité, mais le défilé auquel j’assiste éveille mes suspicions. Ça sent la magouille, les passe-droits. Le plus beau reste à venir.

À 18 heures, le centre ferme officiellement ses portes. Nous attendons toujours de voir s’il reste des doses. Un préposé finit par sortir et annonce uniquement deux disponibilités. Il demande si des personnes ont des causes de comorbidité. Personne. Des plus de 60 ans ? Personne. De 59 ? Non. De 58 ? Non. De 57 ? Nous sommes deux, une femme et moi. Nous serons donc les heureux élus du soir.

Quand je donne ma carte vitale, mon numéro de téléphone et autres informations, je demande pourquoi autant de jeunes obtiennent des rendez-vous. On m’explique qu’ils déclarent sur Doctolib avoir des causes de comorbidité. Comme le personnel n’a pas le droit de consulter leur dossier médical, ils se font vacciner, passant devant des personnes prioritaires. Pour le dire autrement, par égoïsme, ils condamnent peut-être à mort leurs aînés. Le personnel me confirme qu’il y a tricherie dans la plupart des cas.

La vaccination n’est qu’une formalité. Je reçois une injection de Pfizer, puis patiente les quinze minutes réglementaires, tout en commençant à écrire cet article. Voilà que débarque un troisième miraculé. Il doit avoir tout au plus 25 ans. Quand je sors, Isa qui l’a vu entrer m’explique qu’il a forcé le passage, expliquant qu’il avait à tout prix besoin d’une dose, parce qu’il s’occupait de personnes immunodéprimées.

Je mets ma main à couper que ce n’était pas le cas. Le gamin était fringué comme une star de la TV, c’est presque un uniforme à Sète. Une arrogance sans faille, peur de rien. Parce que s’il était vraiment prioritaire, travaillant dans le monde médical, il aurait eu en toute orthodoxie son rendez-vous.

Nous sommes rentrés effondrés. Isa ne cessait de répéter « Il ne fait pas bon vieillir dans ce monde. » Dans quelle société les jeunes écrasent-ils ainsi leurs aînés ? Dans quelle société ils ne respectent plus l’équité ? Ai-je assisté à Sète à un microphénomène ou est-il généralisé ? Les jeunes sont-ils prêts à tuer pour pouvoir danser cet été ? L’égoïsme serait-il donc en train de nous gangréner à ce point ?

Je suppose que l’astuce de la comorbidité est déjà une affaire publique sur les réseaux sociaux et qu’elle m’a échappé jusque là. Je n’en reste pas moins révolté, avec un goût amer dans la bouche.

Je dois être trop naïf, je tombe des nues. Un ami me dit : « Je suis étonné que tu sois étonné. » Oui, j’avais l’espoir de vivre dans un monde moins pourri.


Les premiers commentateurs de cet article justifient la tricherie, comme quoi les plus âgés auraient massacré la planète, n’auraient rien fait pour éviter le désastre, et qu’il faudrait en quelque sorte les punir pour leur inconscience politique… En étant soit même inconscient ? C’est bien ça le projet politique ? J’ai du mal à comprendre.

Des jeunes reconnaissent tricher, parce qu’ils s’estiment à risque dans leur profession, oubliant que des personnes plus âgées effectuent le même travail qu’eux, sans être encore vaccinées, ou que d’autres professions sont encore plus à risque.

Vaccinés
Vaccinés

Enfin, au vu des chiffres, d’autres disent que la tricherie est limitée. Je répète que jusqu’à il y a quelques jours la vaccination était réservée aux plus de 55 ans, à quelques exceptions près, et que seules de rares causes de comorbidité ouvraient la vaccination aux plus jeunes. Au 3 mai, selon les statistiques, je découvre que 2,1 millions de personnes de moins de 50 ans ont reçu une injection. Toutes ont-elles des causes de comorbidité ? Et comment ont-elles fait pour être vaccinées aussi tôt ? Des profs, des soignants ? Mais les profs eux-mêmes n’avaient pas encore le droit d’être vaccinés.

Est-ce qu’il y a autant de personnes de moins de 50 ans avec des causes de comorbidité ouverte à vaccination ? Pire, est-ce qu’il y a près de 500 000 jeunes entre 18 et 29 avec des causes de comorbidité, soit près de 5 % de celle classe d’âge. Sont-ils prof ou personnel de santé ou souffrant de comorbidité ?

Pour tout dire, personnellement, je n’ai jamais été pour la vaccination des plus vieux en premier, préférant la méthode qui aurait consisté à vacciner d’abord les hub sociaux, les personnes avec le plus d’interactions sociales. Il a été démontré qu’elle aurait été beaucoup plus efficace pour stopper l’épidémie. Aucun gouvernement n’a choisi cette stratégie, sans doute trop intelligente. Alors fallait-il désobéir ? Et laisser sur le tapis ceux qui ne le faisaient pas ? En tant que société, à un moment donné, on doit respecter des règles communes. Et si on ne veut pas les respecter, on doit militer contre, clairement dénoncer, clairement s’opposer. Mais nous n’assistons pas du tout à un mouvement politique en faveur d’une autre forme de vaccination, plutôt à un chacun pour soi.

Je n’ai pas écrit cet article pour parler de la vaccination, mais pour décrire l’état de notre société, dont la vaccination ne fait que révéler une forme de déliquescence souterraine, ou peut-être, et plus sûrement, que la révéler telle qu’elle a toujours été. Je ne crois pas que le monde soit pire aujourd’hui qu’hier, je pense plutôt le contraire. Reste des bugs, qu’il est important de mettre à jour.


Cet article n’a jamais eu pour but de dénoncer l’utilisation des fonds de flacon, très bienvenue, j’en ai d’ailleurs profité comme je le raconte, mais une forme d’incivisme que la vaccination a mis en évidence à mes yeux naïfs.

21
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

21 comments

  1. ludo says:

    Nous sommes sans doute nombreux à avoir ce sentiment. C’est encore plus vrai pour les personnes prioritaires de la première heure qui ont subi les démarrages laborieux de la campagne de vaccination.

    La complexité et le changement fréquent des règles d’accès à la vaccination (croisement entre l’âge, l’état de santé, le métier, etc.) n’aide pas à y voir clair et donne le sentiment qu’on peut abuser du système.

    Dans les faits, l’immense majorité des gens respectent les règles, et donc leurs concitoyens. Sur https://covidtracker.fr/vaccintracker/, on peut maintenant suivre le taux de personnes vaccinées par tranche d’âge. Et on se rend compte que seulement 6 % des 18-39 ans ont eu au moins une dose au 2 mai 2021. Ce n’est pas beaucoup ! D’autant plus que parmi eux, une partie a réellement des facteurs de risques (maladies chroniques).

    Mais forcément, au milieu de tout ça, il y a des brebis galeuses. Et c’est elles qu’on voit parce qu’elles font tout pour qu’on les remarque, même involontairement. Ces gens existent et existeront toujours, leur comportement pour la vaccination est leur comportement habituel, c’est-à-dire détestable.

    Pour finir, juger les gens sans les connaître, juste sur leur apparence, n’est guère plus glorieux que le comportement des brebis galeuses. Les comorbidités ne se voient pas forcément de l’extérieur. Elles n’en sont pas moins réelles. C’est vrai pour la vaccination, mais c’est aussi vrai dans la vie de tous les jours (caisses prioritaires au supermarché par exemple). Personne ne souhaite vivre avec une maladie chronique, dégénérative, affectant son quotidien par plusieurs heures de soins, ayant un impact sur ses perspectives de vie, etc. C’est pourtant le cas de dizaines de milliers de personnes ayant des maladies génétiques. Alors oui, des personnes jeunes sont allées se faire vacciner ; sans doute auraient-elles préféré attendre et ne pas avoir cette maladie qui les a rendues prioritaires. Il n’y a pas que les personnes âgées qui sont fragiles…

  2. Réponse à la fin de l’article…

  3. Fisico says:

    Bonjour

    Pourriez-vous expliquer ce passage s’il vous plaît ?

    “quand je regarde les statistiques, je découvre que déjà 20 % des personnes ayant reçu au moins une injection ont moins de 50 ans. Toutes ont-elles des causes de comorbidité ? Et comment ont-elles fait pour être vaccinées aussi tôt ? Des profs, des soignants ?

    20 % de 15,8 millions de personnes, cela donne 3,16 millions.”

    Je regarde covidtracker, comme vous, et je vois ces données

    Covidtracker -> Vaccinations par âge -> Personnes vaccinées
    Je trouve, à ce jour, 1.586M de 30-49 et 0.436M de 18-29, ce qui nous fait un total de 2.022M

    Il n’y a pas les données des 0-18,mais à ma connaissance la vaccination de cette tranche d’âge est quasi inexistante

  4. Vous avez raison, je me suis un peu planté… pas de bcp. C’est pas 20% mais 14,6% (je travailel sur les %). J’ai refait les calculs et publié le graphique… on est plutôt à 10% des 18-29 vaccinés à ce jour. Ça change pas le fond de l’affaire (contre 12,5 annoncé au départ).

  5. Antoine says:

    La vraie donnée intéressante c’est de savoir si les plus âgés ont fait plus attention que la moyenne de la population pour à la fois montrer l’exemple mais aussi pour éviter d’engorger les hôpitaux. Autant dans les chiffres que dans les faits observables, la réponse est non : masques sous le nez, toujours présents au supermarché aux heures de pointe, ça enlève le masque pour parler et ça part toujours plus en vacances.

    L’autre donnée intéressante c’est de savoir qui paie dans l’histoire ? Ca fait 1 an qu’on se sacrifie, à la fois psychologiquement et économiquement, pour des retraités tellement égoïstes que peu importe ce qu’on leur donne, ça n’est jamais assez. Les vieux n’ont pas subi de pertes de revenus, de fermeture de site, ils continuent de jouir de leur retraite payée par des salariés surtaxés qui n’en peuvent plus. Dès qu’on retire 10 balles à des retraités qui gagnent plus que les actifs pour aider les plus jeunes, c’est la croix et la bannière.

    Notre crise en réalité reflète parfaitement la génération des boomers. Un égoïsme décuplé pour une génération qui n’en a rien à foutre des autres, et pour qui tout est de la faute des plus jeunes. “Fermons les écoles !”, “Fermons les entreprises !”, “On s’en fout de la note à payer, c’est les jeunes qui pourront la rembourser !”. Rien n’est trop beau pour cette magnifique génération. J’en ai même entendu dire qu’ils devraient pouvoir sortir comme ils veulent, étant vaccinés, pendant que les jeunes devraient continuer à attendre enfermés chez eux.

    Et aujourd’hui ce torchon qui ne fait que me conforter dans mes convictions.

  6. Patapon says:

    Merci, ou pas, de mettre le doigt sur l’incivilité ? Et sous l’angle (l’hypothèse) du conflit générationnel ? Bien sûr, on trouvera toujours des gens prêts à balancer “ok boomer”. Ça me fait de la peine, de voir invoquer la dette écologique des prédécesseurs tout en poursuivant avec fondamentalement la même mentalité, les mêmes vices, le même égoïsme, jusqu’au cynisme. À mon humble avis, inculper des catégories ne résout rien. Oui, il y a bien un problème de génération mais c’est au niveau du pouvoir, de la formation, des idées dominantes, de l’enseignement, des médias, du modèle économique, qu’il faut frapper. Taper sur les gens est toxique, ne fait rien changer, cultive le ressentiment, braque les gens, n’aide pas à comprendre.
    L’égoïsme en héritage, c’est un peu facile de le dénoncer chez les autres, et ce n’est pas une preuve de changement.

  7. Fisico says:

    Rebonjour

    “Au 2 mai, selon les statistiques, je découvre que déjà 14,6 % des personnes ayant reçu au moins une injection ont moins de 50 ans. Toutes ont-elles des causes de comorbidité ? Et comment ont-elles fait pour être vaccinées aussi tôt ? Des profs, des soignants ?

    14,6 % de 15,8 millions de personnes vaccinées, cela donne 2,31 millions. ”

    Je suis désolé mais les comptes n’y sont toujours pas exactement, je réindique ce qui est écrit dans mon post précédent

    “Covidtracker -> Vaccinations par âge -> Personnes vaccinées
    Je trouve, à ce jour, 1.586M de 30-49 et 0.436M de 18-29, ce qui nous fait un total de 2.022M”

    Le total de premières doses injectées est 15 873 161
    Les premières doses injectés aux 18-49 sont 2.022M
    2.022M c’est 12.73% de 15.873161M

    Sur

    “on est plutôt à 10% des 18-29 vaccinés à ce jour.”

    10% de quoi ?
    En France au 1er Janvier 2020 il y avait 9.1M de 18-29ans
    (Source : Insee https://www.insee.fr/fr/statistiques/4797584?sommaire=4928952#:~:text=Au%201er%20janvier%202020,3%20%25%20(figure%201).
    A ce jour parmi les 18-29ans 435917 ont reçu uniquement une première dose, ce n’est même pas 5% de cette catégorie d’âge, même en incluant les complètement vaccinés on arrive à 586027 soit 6.43% de cette catégorie d’âge ayant reçu une ou deux injections

  8. M. Le Prof says:

    “14,6 % des personnes ayant reçu au moins une injection ont moins de 50 ans. Toutes ont-elles des causes de comorbidité ? Et comment ont-elles fait pour être vaccinées aussi tôt ? Des profs, des soignants ?”

    N’écoutez pas Jean-Michel Blanquer : les profs de moins de 50 ans n’ont toujours aucun droit à la vaccination !

  9. Mara says:

    Incivilité, passe-droit, irrespect, égoïsme … tout de suite les grands mots, les critiques, les insultes.

    Est-ce une tare de vouloir protéger sa vie, de vouloir survivre et étant vacciné de pouvoir ainsi protéger les autres ?

    Ceux que vous qualifiez de pourris, de tricheurs ne privent personne de ces doses, qui correspondent aux négligents, aux j’menfoutistes ou trouillards qui n’ont pas honoré leur rendez-vous, mettant en danger la vie des autres, entravant la mise en place de l’immunité générale et gaspillant le précieux nectar en période de pénurie. Est-ce un crime ou de la récup ?

    Ceux qui se démerdent pour dégotter une dose parce que ce sont des fins de flacons, ce sont des débrouillards, des volontaires, des survivants, des héros, oui des héros !.

  10. Atréalis says:

    on remarquera que c’est que dans les grandes villes, ton souci.
    en campagne, c’est l’inverse: les médecins sont obligés de détruire/renvoyer les doses inutilisées par packs de 100~200 parce que les gens ne viennent pas…
    suffit d’aller voir sur “vite ma dose” pour remarquer qu’il reste des centaines de doses dispos sur les créneaux du jour / du lendemain (voir même presque 1200 doses juste pour le créneau de demain à grimaux par exemple)

    bref, la fRance à deux vitesses, comme d’habitude… mais merci pour le coup de la comorbidité, j’essaierai…

  11. Salut Thierry
    Je te cite : “Je dois être trop naïf, je tombe des nues. Un ami me dit : « Je suis étonné que tu sois étonné. » Oui, j’avais l’espoir de vivre dans un monde moins pourri.”
    Je n’écrirai rien sur ton sujet qui révèle bien notre société, mais je suis comme toi dans tes mots mis entre guillemets.
    Lors des attentats de Charlie, j’ai été, et le suis encore tellement, touché par les assassinats de l’équipe.
    11 janvier 2015, j’étais dans la rue, avec des millions d’autres personnes, et je pensais que le monde allait être moins pourri, tant d’émotions, tant de tristesses, d’envies que ce monde devienne un monde de tolérance, partage, de respect, sans racisme…..
    Je croyais que dans les rues, les cités de banlieues, tout serait changé, que l’important n’était pas cette course idiote vers je ne sais quelle chimère….
    Mais je m’égare, alors je pars sur les chemins de la naïveté, oubliant le monde, en espérant qu’il ne me rattrape pas….
    À bientôt Thierry.

  12. ounet says:

    Bonjour,
    Je confirme ce qui a déjà été dit plus haut : seuls les profs de plus de 55 ans avaient accès à la vaccination jusqu’à présent.
    Je suis prof et ce n’est que parce que j’ai un facteur de comorbidité que j’ai (enfin) pu me faire vacciner hier !
    À bon entendeur.

  13. Malheureusement, quand les «élites» sont pourris et affichent cette pourriture sans honte ni même risque, le reste des gens prend modèle.
    Je parle dans le cas général, pas que pour le vaccin.
    Cette pourriture par le haut a des effets délétères sur toute la société, et ceux qui se font prendre ne se font pas punir ou presque pas.
    Malheureusement, cela n’est pas pris en compte par la Justice qui juge plus sévérement le bas-peuple. Maintenant c’est chacun pour soi, et c’est bien malheureux.

  14. Fisico says:

    “PS : Le détail des chiffres n’a guère d’importance 600 000 ou 900 000 tricheurs potentiels, ça fait toujours trop de tricheurs. Voilà comment j’ai calculé sur la base de CovidTracker, au 2/5, 4,94 % des vaccinés totalement ou partiellement ont entre 18 et 29 ans, 9,7 % entre 30 et 49 ans. Ce même jour, on a en gros 15,8 million de vaccinés totalement ou partiellement, d’où 2,3 millions sous les 50 ans, et un peu moins de 800 000 sous les 30 ans, soit 10 % de cette classe d’âge environ.”

    Les chiffres ont autant d’importance que les mots, d’autant plus quand on use des premiers pour tenter de légitimer les seconds, on appelle ça de la rigueur et de l’honnêteté intellectuelle

    Vous ne savez vraisemblablement pas lire les données de covidtracker en tout cas,
    Dans le graphique en bâtons horizontaux des vaccinations par âge
    Les 4.94% de 18-29 ne représentent pas l’ensemble des vaccinés 1ère dose (15.8M) mais la proportion de la classe d’âge des 18-29 (9.1M comme évoqué plus haut), votre base de calcul étant incorrect le résultat l’est donc tout autant et fausse entièrement votre raisonnement.

    Il n’y a pourtant aucun calcul à faire, sur covidtracker il vous suffit de cliquer sur la liste déroulante en-dessous de “Vaccinations par âge” et de choisir l’option “Personnes vaccinées”, au survol avec votre souris vous verrez alors directement les chiffres de personnes concernés sans tenter de triturer des données que vous ne comprenez pas avec des calculs farfelus fait visiblement uniquement avec l’intention de confirmer votre biais de réflexion.

    On peut pérorer éternellement avec de la prose, mais en arithmétique il n’y a pas de mensonge possible.

  15. J’ai corrigé… ça m’interroge toujours autant…

  16. Rose says:

    Monsieur,
    Votre article est truffé d’erreurs, je suis Infirmière active au centre de vaccination de Sète.
    Je peux témoigner du grand sérieux de ce centre et évidemment d’aucun passe-droit.
    Je suis choquée par vos propos qui sont honteux et destructeurs.
    Toutes personnes qui se présente à un entretien médical qui confirmera ou non son éligibilité, et pour ce qui est des doses restantes elles sont attribuées aux volontariats. Cela semble plus judicieux que de les jeter…

  17. La question n’est pas celle des volontaires, tout à fait justifiée, et d’ailleurs encouragée désormais, mais des tricheurs… qui mentent sur les causes de comorbidité, fait qui nous a été expliqué par vos collègues… Nous étions 20 à qui ce discours a été tenu. Vous ne deviez pas être là ce soir là.

  18. Aller chercher un fond de flacon en fin de journée, à un age avancé (donnant droit depuis longtemps à un rendez vous en bonne et due forme) et se plaindre du résultat…
    Franchement tout un système a été mis en place pour éviter ça, l’échec n’est que de votre côté.

  19. Vous ne savez pas lire, j’explique être allé profiter d’un fond de flacon… et que ceux qui passaient avant nous avez des rendez-vous qu’ils n’auraient pas dû avoir (c’était début mai).

  20. Karine says:

    Vous avez CHOISI de vous faire vacciner au pfeizer, alors que l’Astra Zeneca vous est réservé dans les pharmacies. Donc vous avez pris des doses aux moins de 55 ans. Alors l’égoïsme des jeunes… C’est vous qui devriez avoir honte. Bonne soirée.

Comments are closed.