Village de pêcheurs
Village de pêcheurs

Si vous ne visitez le Midi qu’en été, vous passez à côté de la lumière éblouissante de nos hivers. Toujours des journées nous surprennent par leur douceur, surtout en février, quand les fleurs inondent les vignes, que les amandiers se tintent de rose et les mimosas se parent de jaune.

J’ai commencé à créer la trace Côté Sud dans l’idée d’avoir à portée de TER, une virée bikepacking hivernale. Après un premier défrichage en décembre, nous nous y sommes engagés pour un bikepacking overnighter, à l’initiative de Georges qui était en vacances et d’une fenêtre météo favorable.

Lundi 7 février

Georges, Artur et moi nous retrouvons dans le TER de 7h12, en gare de Sète, direction Cerbère. La météo ne s’était pas trompée, le train longe la côte sous un ciel limpide et venté. Les étangs se rident d’écume, les cyprès s’arcboutent sous les coups de semonce. Nous avons l’espoir d’être à l’abri, du moins au début de notre journée qui se passera aux pieds des contreforts du massif des Albères, dernier rempart des Pyrénées.

Dans le TER
Dans le TER

J’allume mon GPS à 9h34 alors que nous quittons la gare sous un soleil radieux et un agréable 17°. Les maisons du village s’étagent autour du port en arc de cercle. Un parfait écrin, endormi en cette saison. Par la route, nous grimpons vers le cap de Cerbère, admirons une magnifique villa en surplomb de la mer, suivons la ligne des falaises. Dans la pente, les bourrasques nous poussent, avec violence et insistance. « Aller, plus vite », semblent-elles nous dire alors que nos muscles se réveillent. La mer est aussi blanche que bleue. D’énormes trains de vagues arrivent du nord, parallèles à la côte déchiquetée.

Une fois au cap, à une encablure de la frontière espagnole, nous dominons des parois vertigineuses qui plongent dans la Méditerranée. Les rafales soulèvent l’eau en tourbillons fous, signe que le vent souffle à plus de 100 km/h. Au sud, au loin, nous apercevons les maisons blanches du port de la Selva.

L'Espagne
L'Espagne
La tempête
La tempête
La tempête
La tempête

Par la route, nous grimpons le long de la frontière, nous élevons au-dessus de Cerbère, et de son terminal ferroviaire, qui peu à peu ressemble à un modèle réduit. Le vent nous prend tantôt de côté, nous faisant dévier de notre trajectoire, tantôt de face, nous obligeant à nous mettre en danseuse pour réussir à gravir la montagne en direction du col des Fresses. De mémoire de sudistes, nous n’avons jamais subi de telles tornades.

Cerbère
Cerbère
La piste
La piste

Nous bifurquons sur une piste en encorbellement, un zigzag ensoleillé, relativement abrité, avec des agaves dans les bordures. Nous découvrons le déroulé dentelé de la Côte Vermeille, qui n’a rien à envier à la Côte d’Azur, et que je préfère, peut-être parce qu’elle est plus inhospitalière et donc mieux préservée.

Après le col de Grand Bau, nous plongeons entre les vignobles caillouteux, vers la conque de Banyuls, chapeautée d’un découpage cubiste de toits rouges et de façades ocre. Les cartes postales se succèdent. Photos sur la plage, puis nous suivons la côte et contournons la ville par la route, avant de découvrir une seconde conque, et une colline boisées, découpées de vignes, avec à son extrémité une falaise et une dent solitaire plantée dans la mer.

Banyuls
Banyuls
Banyuls
Banyuls
Banyuls
Banyuls
Georges
Georges
Georges et Artur
Georges et Artur

Un bout de sentier côtier entre vignes et vide nous apprend vite que nous ne pourrons le suivre longtemps à vélo. Nous poussons pour atteindre une piste, mais le détour vaut la peine. Nous sommes éblouis. La nature explose de couleurs et le chemin sinusoïde à la perfection, avant de nous déposer sur la route côtière, où des bolides nous doublent. Nous la fuyons pour entrer dans le domaine de Valcros, franchissons un porche, sans trop savoir si le chemin est ouvert au public. Ce serait un drame qu’il ne le soit pas. Il nous amène en surplomb de la plage de Pauliles et de criques secrètes.

Vers Pauliles
Vers Pauliles
Côte Vermeille
Côte Vermeille
Cap Béar
Cap Béar

La piste se réduit à peau de chagrin. Nous tentons de rejoindre le cap Béar par un sentier impraticable à vélo. Quand nous réussissons à pédaler, le vent de travers est si violent qu’il nous jette contre les parois rocheuses. Nous bartassons un long moment avant d’atteindre le sémaphore du cap. La vue est imprenable, mais nous avons dépensé une énergie faramineuse pour arriver jusque là. La descente vers Port-Vendres nous soulage. Avec en arrière-plan le Canigou enneigé, la petite ville me séduit tout de suite, entre villégiature et industrie portuaire, un mix que j’aime. Peu avant 13h, nous nous installons en terrasse pour déjeuner.

Port-Vendres
Port-Vendres
Collioure
Collioure
Canigou
Canigou

Quand nous repartons par la route, mon GPS indique 25°. Nous arrivons vite à Collioure, où nous ne nous arrêtons pas, traversons la vieille ville, puis rejoignons le sentier littoral jusqu’à la très belle plage de l’Ouille. Un chemin nous amène à Port-Argelès. Nous en avons quasiment terminé pour le dénivelé de la journée. Nous attaquons le cordon des plages, souvent trop bétonné, parfois remontons des chemins lagunaires un peu sauvage pour retomber dans les alignements de cages à poules pour touristes.

Plage de l’Ouille
Plage de l’Ouille

Les choses ne s’arrangent pas à partir de Saint-Cyprien, au contraire. Nous remontons par l’Eurovélo 8, un enfer rectiligne et bétonné, avec un vent terrible dans le nez. Je n’envie pas les cyclotouristes qui traversent ainsi l’Europe. Nous croisons d’ailleurs deux nanas surchargées, peu avant les cabanes de pêcheurs au bord de l’étang de Saint-Nazaire, où j’ai mon moment proustien.

Village de pêcheurs
Village de pêcheurs
Village de pêcheurs
Village de pêcheurs
Filets
Filets

Je reconnais les maisons de chaumes. Rectangles aux toits pointus, face au vent dominant, avec enclos au-devant. À travers un portillon, j’aperçois des amoncellements de filets. Mon père venait là chasser dans sa jeunesse. J’y suis venu, enfant, très jeune. Je garde le souvenir de roselières au bord de l’étang, ou c’était plutôt celui de Leucate, où nous nous retrouvons à la tombée de la nuit, alors que le soleil se couche derrière les Pyrénées.

Soleil couchant
Soleil couchant

Nous sommes là au bon moment, pour assister à un embrasement gigantesque. Du miracle du bikepacking qui parfois nous dépose au point juste quand il le faut. Nous devons encore avaler quelques kilomètres si nous voulons rentrer à Sète en deux jours.

Nous allumons nos phares, remontons toujours dans le vent des pistes cyclables interminables, avant d’arriver à Leucate, de grimper sur le plateau, de dénicher une pinède abritée, où nous bivouaquons, non loin du phare. Il reste beaucoup de travail sur cette trace. Suivre au plus près la côte n’a aucun sens. L’arrière-pays est magnifique, et il ne faudra pas le bouder à l’avenir.

Georges et Artur montent leur tente, je me contente de fourrer mon matelas et mon duvet dans mon bivy. La nuit s’annonce clémente pour février, même dans le Midi.

Nous avons parcouru 100 km, escladé près de 1 500 m.

Mardi 8 février

Le jour se lève
Le jour se lève
Le jour se lève
Le jour se lève

Le vent balaye les cimes des pins avant de se calmer, sur le matin. Peu à peu la mer se dessine, immobile, sans aucune trace de la tempête de la veille. Nous nous mettons en route peu avant 8h. Il fait 8°. Le chemin longe la crête des falaises du plateau de Leucate. Un coin à ne pas manquer. Sauvage, protégé. Bientôt, alors que le soleil se lève sur l’eau, nous apercevons vers l’est l’ancien volcan d’Agde, puis en retrait vers le nord, Sète et le mont Saint Clair, notre destination.

Sur les falaises
Sur les falaises
Les falaises
Les falaises
Fort de la Haute Franqui
Fort de la Haute Franqui

Après avoir dépassé le fort de la Haute Franqui, nous descendons quelques volées de marches et atterrissons à La Franqui, charmante station balnéaire dans son jus années 1960. Tout est fermé, alors nous nous attaquons à l’immense plage qui nous sépare de Port-la-Nouvelle. Après de fortes pluies, nous doutons que la piste soit praticable. En fait, il s’agit plus du fond d’un marigot asséché que d’une piste. Un bon spot pour le char à voile. On se croirait à marée basse. Dans notre dos, les Pyrénées enneigées nous saluent.

Chœur de Caims
Chœur de Caims
La plage
La plage

Nous traversons ce désert, longeons un moment la voie ferrée, puis arrivons à Port-la-Nouvelle, ville sans attrait, au dédale orthogonal, mais avec une excellente boulangerie et un bistrot sympa. Après notre petit-déjeuner, nous suivons le canal de la Robine, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, qui arrive droit au cœur de Narbonne et se connecte au canal du Midi. C’est un pur chez d’œuvre dans sa partie plantée de pins. Un incontournable. Il se glisse entre l’étang de l’Ayrolle et une proéminence boisée. À son tour, Georges a son moment proustien. Il reconnaît sur le canal un coin où il venait pêcher à la ligne avec son grand-père. Devant nous se dessine le massif de la Clape vers lequel nous nous dirigeons insidieusement.

La Roubine
La Roubine
La Roubine
La Roubine
La Clape
La Clape
Les Pyrénées encore
Les Pyrénées encore

Nous pénétrons dans le massif par une petite route, avant d’attaquer des pistes qui nous amènent vers le sommet. Nous n’empruntons pratiquement aucun des singles VTT qui pullulent dans le secteur, car tous orientés perpendiculairement à notre direction dominante. Nous survolons tantôt la mer, tantôt la plaine narbonnaise. Nous descendons à travers les vignobles, repartons dans la caillasse, avant de rejoindre les marais de l’ancien lit de l’Aude, trop humides malgré la sécheresse.

Georges dans la Clape
Georges dans la Clape
La Clape
La Clape
La Clape
La Clape
La Clape
La Clape
La Clape
La Clape
La Clape
La Clape
L'étang de Vendres
L'étang de Vendres

Nous entrons dans l’Hérault par une petite route, puis longeons la rive de l’étang de Vendres par un single et une piste, qui nous amène vers Sérignan où notre boulangerie favorite nous attend. Je suis sur mes terres, aussi sur le tracé du 727. Nous filons vers l’ancien delta de l’Orb, une zone marécageuse avec une piste, partiellement inondée, que je franchis en marchant dans l’eau, vélo sur l’épaule, mes chaussures étanches me protégeant. Georges et Artur passent de l’autre côté de l’écluse, sur un revêtement de béton inondé où il est possible de rouler sans se mouiller les pieds.

Sérignan
Sérignan
Agde
Agde
Sète
Sète

Le sentier du canal du Midi nous amène jusqu’à Agde, puis à Marseillan plage. Nous goûtons au bord de la mer, avant de rentrer jusqu’à Sète par la piste cyclable. Nous nous quittons à la hauteur de la gare. Artur embarque dans le TER pour Montpellier, Georges récupère sa voiture et moi je rentre à la maison par la piste cyclable.

Nous avons parcouru 125 km, escaladé 650 m.

Notes matos

Cette trace est praticable à gravel, mais je déconseille les sections de pneu inférieures à 45 mm, l’idéal étant du 2,1 pouces. Le Midi est sec, beau en hiver, mais caillouteux.

J’ai roulé avec des 42 mm, que je vous déconseille, des Teravail Cannonball. On m’a vanté leur qualité mais, moi qui n’avais pas crevé en 3 ans, je ne cesse d’avoir des problèmes avec ces pneus, bien trop fragiles pour ma contrée.

En plus de ne pas tenir dans les virages gravillonneux et un poil engagés, ils sont si mous, que j’ai l’impression que le moindre caillou vient toucher la jante. Je vais les démonter et les jeter. Morts en moins de deux mois. Sous les impacts, ils se déchirent à l’intérieur de la jante, dans la rainure. Je n’avais jamais eu ce genre de problème.

En revanche, je ne cesse de me féliciter de mes chaussures Five Ten Trailcross Gore-Tex. Super grip sur les pédales plates de descente, parfaites thermiquement, étanches, renforcées au bout, agréables à marcher. J’ai trouvé mon idéal, si bien que j’ai commandé la version légère pour cet été. Vive le bikepacking avec les pédales plates.

La trace

Elle reste en cours de construction. Mon chantier, avec les différentes options corrigées est accessible sur Google Map. La dernière version de la carte après modification est disponible sur VisuGPX et Utagawavtt.

Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.