Thierry Crouzet

Novembre 2017

RougeMercredi 1er, Balaruc Lire la suite →

La littérature numérique comme macramé

Depuis quelque temps une question me turlupine. Pourquoi aucune élite intellectuelle ou financière s’intéresse à l’avant-garde de la littérature numérique ? Lire la suite →

Écrire est-il un verbe intransitif ou transitif ?

Pour qui pêcher?Je suis nul en grammaire, je n’ai jamais réussi à m’y intéresser, peut-être parce que Steven Pinker, je crois bien que c’est lui, a montré que toutes les grammaires ne pouvaient qu’être incomplètes (ce qui serait métaphoriquement dans la logique du théorème de Gödel et nous autoriserait, nous autres écrivains, à toutes les libertés syntaxiques). Lire la suite →

Pourquoi écrire en ligne?

« Pourquoi écrire ? » est une question souvent posée aux écrivains et que nous nous posons au moins aussi souvent, tant parfois cette activité nous paraît absurde. Cette question a un corollaire évident : « Pourquoi publier ? » À ces deux questions, nous devons avoir au moins autant de réponses que d’écrivains. Alors les compléter en leur ajoutant « en ligne » a peu de chance de réduire le champ des possibles, mais j’aimerais me lancer dans une petite investigation, en vue de mettre de l’ordre dans mes idées (voici en tout cas pourquoi j’écris ce texte et aussi pourquoi je le partage avec vous, peut-être pour entretenir le débat). Lire la suite →

Je suis toxicomane

One SecondJe ne vais pas revenir sur mon addiction aux réseaux sociaux, je me suis guéri, à tel point que je les exècre dorénavant, un peu comme les anciens fumeurs qui ne supportent même plus l’odeur des clopes. Mon autre addiction est plus grave, et d’une certaine mesure liée à la précédente : je suis addict à l’écriture sociale, à ce que j’ai appelé La Stratégie du Cyborg (2010). Lire la suite →

Connaissez-vous la plus brillante des Youtubeuses ?

Voici ce que dit d’elle un célèbre producteur new-yorkais : « Cette garce grignote les parts de marché des Networks. Lorsqu’un présentateur vedette se vante de millions d’auditeurs, elle en affiche des milliards. Pas difficile de savoir où partent les budgets pub : dans les poches de cette pouffe. La TV ne fait plus rêver. Tous les créateurs veulent imiter cette blondinette mal fagotée. Elle a même lancé une mode vestimentaire : le n’importe quoi. Refus de tout ce qui est pensé, design, griffé. Fermez les yeux, attrapez des fringues au hasard, vous êtes vous-mêmes. » Lire la suite →

Octobre 2017

BleuLundi 2, Balaruc Lire la suite →

Géolecture : testez la bêta

Géolecture qrcodeDepuis que j’ai joué à Pokémon Go pour la première fois en juillet 2016, j’ai cette idée d’écrire un texte dont les passages seraient géolocalisés (et le lecteur aussi). Lire la suite →

Lecture numérique, une révolution consommée

Mon jardinÇa trotte dans ma tête depuis quelque temps, depuis que j’ai vu que France Culture avait diffusé une émission intitulée « Livre numérique, histoire d’une révolution qui n’aura pas eu lieu. » Je n’ai pas pris la peine d’écouter, je connais la rengaine, d’autant que je rentre de Paris où, une fois de plus, j’ai été confronté à cette litanie. Je serais un ringard qui aurait misé sur le mauvais cheval, j’aurais perdu la bataille, je ne serais pas un moderne, mais tout au plus un geek. Lire la suite →

Julius Gregarius

Quand Philippe Charrier m’a demandé d’imaginer les modes d'accès aux connaissances et à la culture en 2057, à l’occasion des 40 ans de la Bibliothèque publique d'information du Centre Beaubourg, je lui ai tout de suite dit que je ne pouvais l’envisager que sous la forme d’une fiction, tout simplement parce que je ne crois pas qu’il soit possible de prévoir le futur, à moins d’avoir un sacré coup de chance. Lire la suite →