Thierry Crouzet

Après la guerre

Ce billet est un commentaire qui aurait dû suivre le fil linké. Je me dis que je procéderai comme ça de temps à autres pour désengorger les fils.

Que la Nef soit une coopérative ce n’est pas le problème. De nombreuses mutuelles et banques sont déjà en coop et ce n’est pas révolutionnaire. Certaines existent depuis le milieu du XIXe. C’est la transparence rendue possible par la technologie qui est en perspective qui elle peut changer les choses. Peu importe la raison sociale de la banque. La Nef est d’ailleurs archi-mauvaise en techno. Ce n’est pas un modèle. Elle tente de faire de la transparence avec les outils d’avant internet. C’est l’intention qui est intéressante.

L’argument que tout ce que nous avons aujourd’hui de merveilleux est produit par le système actuel, assené sans cesse et depuis des années par Ax, est pitoyable. Je t’ai déjà répondu cent fois et tu continues de marteler la même chose comme un fanatique (ou plus justement comme l’hyper-privilégié du système que tu es).

Notre monde est le fruit de ce système de quoi veux-tu qu’il soit fait d’autre ? C’est une lapalissade de dire que nous vivons avec les bénéfices, mais aussi les méfaits, de notre système. Qui peut prétendre vivre réellement dans un autre système puisque le notre est totalitaire ?

Je n’ai jamais dit que ce système était mauvais en soi en plus. J’ai toujours parlé d’une fusée à plusieurs étages. Le système actuel prépare l’arrivée d’un autre système. C’est l’évolution, elle a cela de particulier qu’elle procède souvent par bonds. Alors une révolution est possible mais pas nécessaire.

Le problème avec notre système, c’est la limite de la complexité. À mon sens, il est incapable de la franchir. Le meilleur exemple c’est Vista. Microsoft n’a pas réussi à le produire selon ses rêves. On approche la même limite en aéronautique. Nous sommes aux mêmes points avec les dérèglements écologiques, la pauvreté… et je n’ose inclure la perte de sens.

Le système pyramidal est capable de produire des systèmes d’une complexité modérée. Pour aller au-delà, il faudra de nouvelles méthodes de développement. Pour gérer une biosphère qui tend vers 10 milliards d’humains, il faudra un autre système à moins de pencher vers la dictature et mettre tout ce monde dans des cases. Je ne vois pas d’autres solutions… à moins d’une grande extermination comme l’évolution en a déjà produite pour dégazer la biosphère. Mais je manque peut-être d’imagination. Et si le système actuel s’en sort merveilleusement bien j’aurais perdu mon temps mais qu’elle importance ?

La nouvelle société dont je parle devra s’appuyer sur l’open source et la collaboration ouverte. Ça passe par un grand déverrouillage des hiérarchies et le développement des liens transversaux. Ce processus a déjà commencé. S’il se poursuit, l’ancien modèle ne pourra pas se maintenir en l’état.

Remarque : le monde scientifique est pour une part en open source depuis longtemps. C’est sans doute grâce à cette ouverture que nous surfons sur une courbe exponentielle. Pour nous y accrocher, nous devons amplifier la méthode.

@Ax Tu surfes sur un site en open source, installé sur un serveur en open source et vraisemblablement avec un navigateur en open source. Ton propre site fait de même. Si l’open source n’existait pas, tu t’emmerderais dans la vie. L’open source se développe dans tous les domaines scientifiques et industriels aujourd’hui. Que le domaine bancaire soit aussi contaminé est juste logique. Robb montre comment les armées elles aussi deviennent open source.