Thierry Crouzet

Quand l’imposture paye

Décidément, c’est ma fête. Un billet dans la série jalousie et énervement. Après l’arrivée extraordinaire d’Alexandre Jardin en twiterrature, c’est maintenant au tour du premier roman publié sur Twitter, qui bien sûr n’a jamais été le premier, d’être publié sur papier.

Nous avions l’année dernière signalé à l’auteur sur son blog son imposture, il n’avait pas daigné répondre, il faut croire qu’il a eu raison, l’arnaque marketing paye mieux que jamais.

Le plus affligeant, c’est de voir les forçats de l’info faire du copier-coller et donner raison aux imposteurs et même les encourager à de plus en plus d’impostures. Voulez-vous vivre dans un tel monde ?

Pour la petite histoire, notre auteur a expédié son roman, écrit avant d’être tweeté, en 5 000 messages. Le texte comporterait au total 90 000 mots, soit 18 mots par tweet. La quatrième théorie s’est étendue sur 5 200 tweets mais pour 140 000 mots, soit 26 mots par messages. Un des auteurs a délayé ses tweets pour faire durer. Je n’ai rien trouvé mieux à dire pour pointer vers mon texte. Je ne suis vraiment pas doué en marketing.

coq (flickr.com/photos/j-genee/1522158549/)
Source