Thierry Crouzet

Usines à contenus :
pas une nouveauté

Tout le monde s’affole et tombe des nues avec cette histoire. Je suis mort de rire, j’avais déjà beaucoup ri en lisant l’article de Wired.

Nous sommes des centaines a avoir gagné notre vie avec des usines à contenus, moi en tête, cela depuis dix ans. Je vous passe Wikio. Une farm-links c’était une usine à contenu simplissime pour coincer Google.

Google a rafiné son algorithme. Des petits malins ont cherché des astuces. Alors que nous créions des contenus avec des robots, ils les font créer par des esclaves humains payés au lance-pierre.

Google n’y voit que du feu. Jusqu’à ce qu’il décide à blacklister ces sites comme il l’a fait avec certaines link farm historique ou a chasser leurs pages dans les bas-fonds de son index. Tout cela nous prouve simplement que Google perd en pertinence mais que tant qu’il sera dominateur, il faussera l’écosystème du Web puisque des gens chercheront à le baiser. C’est de bonne guerre.

Les usines à contenus ne sont pas une révolution mais une constante depuis qu’on peut gagner de l’argent sur le Web. C’est une martingale… C’est vrai que je la maîtrise plutôt bien… et comme il faudrait que je pense à gagner à nouveau un peu d’argent… pourquoi je reviendrais pas dans le jeu. C’est ça ou vous avez intérêt à acheter mes prochains livres.

PS : Que font les blogueurs qui veulent avoir du trafic ? Ils transforment leur blog en usine à contenus.

(www.briangetsresults.com)
Source