Thierry Crouzet

Boycottons Le Parisien

NetCulture 36/136

Quand un journal attaque une blogueuse parisienne pour contrefaçon, juste parce qu’elle est Parisienne, parce qu’elle a nommé son blog The Parisienne, c’est tous les blogueurs qui sont attaqués.

On ne nous aime pas, ni dans la presse ni dans l’édition, parce que nous réinventons une parole libre, une parole vraie, une parole qui va là où nul autre n’irait si nous n’étions pas là, une parole qui n’implique aucune prise de bénéfice ni aucune recherche d’intérêt.

Comme nous captons une part d’audience non négligeable, nous impliquons un manque à gagner et nous faire taire s’impose désormais. Le temps du copain-copain et de la complémentarité est-il derrière nous ?

Facile de nous faire chuter. La tactique est éprouvée. Beaucoup de blogs ont déjà fermé après des attaques en diffamation. D’autres résistent. Pensez à Christophe Grébert avec MonPuteaux.com. On ne compte plus les procès pour lui.

Nous sommes des cibles vulnérables. Nous ne gagnons pas d’argent avec nos médias et ceux qui en gagnent encore un peu usent de leurs dernières ressources pour essayer de nous abattre. Dans l’attaque menée par Le Parisien contre The Parisienne, on peut aussi entendre un cri au secours, un cri de désespoir d’une profession encore prestigieuse qui a beaucoup de mal à se réinventer à côté de nous.

Tout ce que va gagner Le Parisien, c’est de perdre encore des lecteurs, et de jeter le discrédit sur ce qui pourrait encore être sauvé, de son côté.

Je me demande si cette attaque stupide ne cache pas quelque chose d’encore plus grave : à cause de la toute-puissance de Google, les acteurs du web se battent sur les mots, sur les adjectifs, sur les consonances pour attraper les internautes. Voilà où The Parisienne doit faire mal au Parisien. Impuissant à endiguer l’hémorragie ouverte dans les kiosques, le journal n’a d’autre voie de salut que le Net, où les gens ne vont pas à lui naturellement, mais grâce à Google. Et voilà où The Parisienne leur nuit peut-être. Je ne fais qu’une hypothèse, qui si elle s’avère juste, risque d’éclabousser plus d’un blogueur. C’est le langage, nos mots, que certains voudraient mettre sous copyright.

Je crois malheureusement que si Le Parisien ne retire pas sa plainte nous serons collectivement forcés d’appeler au boycott. Assez terrible de constater que de nombreux politiciens, médias, entrepreneurs n’ont pas encore mesuré la puissance du Net et se prennent les pieds dans son tapis. Réveillez-vous, vous n’êtes plus des intouchables.

theparisienne