Thierry Crouzet

Des canailles nous gouvernent – preuve

Parce que j'ai publié un même ebook à différents prix, je serai bientôt considéré comme hors la loi. Tel est en tout cas le souhait des sénateurs s'il faut en croire le projet de loi qu'ils viennent de voter. Lire la suite →

Comment inventer un datamining plus humain ?

Comment les auteurs réussiront-ils à transmettre leurs textes longs à des lecteurs rares et éparpillés ? Soit ces textes longs n’ont plus de pertinence, et il n’y a aucun problème, le blog devenant la seule forme littéraire contemporaine. Soit les textes longs continuent de jouer un rôle culturel clé, ce que je pense, et nous devons les connecter avec les lecteurs qui pourraient les goûter… et qui, par ailleurs, ne goûtent pas nécessairement les textes courts propres aux blogs. Lire la suite →

Les véritables prix de l’édition

Les producteurs de lait se regroupent pour exiger un prix minimum par litre, quelle que soit la filière de distribution. Pourquoi les auteurs seraient-ils moins bien servis ? Que nos textes soient packagés avec de belles couvertures en carton, du papier ivoire ou au contraire des feuilles râpeuses de petit format ne change rien à ce que nous avons écrit et donc à la rémunération que nous devrions recevoir. Longtemps les éditeurs et les distributeurs ont entretenu la confusion entre l’objet, le livre, et nos textes. La question devient d’autant plus d’actualité quand les objets eux-mêmes deviennent immatériels. Lire la suite →

Expérimentons le revenu unique pour les auteurs

La loi sur le prix unique du livre avait pour but de sauver les libraires, il est temps de sauver les auteurs et les éditeurs. Alors que mon fournisseur de tomates peut me vendre ses tomates moins cher que le supermarché, je n’ai pas le droit de faire comme lui, pas le droit d’attirer mes lecteurs chez moi pour qu’ils achètent mes productions en direct, à un prix défiant toute concurrence. Lire la suite →

La fin du livre unique

À sa sortie, un livre nous arrive en grand format, avec un prix autour de 20 euros. Quelques mois plus tard, on le retrouve parfois en poche pour 6 ou 8 euros ou en édition club pour une quinzaine d’euros. Toutes ces éditions cohabitent sur le marché malgré la loi sur le prix unique du livre. Cette loi exige, en fait, un prix unique pour une édition donnée. Qu’à cela ne tienne. Pour outrepasser cette loi, il suffit de créer de nouvelles éditions. Lire la suite →

Renverser l’économie du livre

Le Bélial, éditeur spécialisé dans la littérature de l’imaginaire, a lancé sa plate-forme de diffusion numérique avec un petit coup marketing : deux romans, un de Roland C Wagner, un autre de Thomas Day, sont accessibles à un prix libre ! Si cette méthode de diffusion a marché pour la musique, pourquoi ne marcherait-elle pas pour des livres ? L’expérience me paraît intéressante, nous verrons à la fin de l’opération quel en sera le bilan. Je me suis donc empressé de récupérer les deux textes, sans dépenser un euro. Pourquoi ai-je été pingre ? Lire la suite →

Hypocrisie du prix unique du livre

Je m’étais promis de ne plus trop publier, de laisser passer tranquillement l’été, remettant en forme de vieux manuscrits avant d’aller me baigner avec les enfants. Et puis François Bon s’attaque au prix unique du livre numérique, et il réveille une vieille rengaine chez moi, et une bouffée d’énervement me traverse. Alors j’écris, vite, pour me débarrasser de tout ça avant de retourner à mes manuscrits et à ma plage. Lire la suite →