Thierry Crouzet

Comment publier sur Apple iBookstore

Édition 148/176

Depuis que j’ai publié en direct quelques textes pour iPhone et iPad, on me demande souvent comment avec Isabelle nous avons fait. Je lis ailleurs que c’est compliqué et je vois beaucoup d’éditeurs passer par des tierces parties, céder un peu plus de leur marge (et retomber dans le piège de la vieille distribution). Stop. La procédure est à la portée de tous les auteurs. Nous pouvons vendre si nous le voulons en récupérant 70 % de nos droits.

Fabriquer un ePub

Avant de chercher à publier, il faut commencer par écrire, puis, une fois le texte achevé, il faut le mettre en forme, c’est l’étape la plus complexe en fait. Apple accepte les fichiers au format ePub, un standard ouvert qui s’approche du HTML. De plus en plus de traitements de texte et de logiciels de PAO savent générer des ePub.

J’ai pour ma part choisi de créer un convertisseur adapté à mes besoins qui me permet de maitriser avec une grande précision les feuilles de styles (version applicative de mon plugin WordPress). Je pense qu’un nouveau métier devrait naître, imprimeur d’ePub. Les éditeurs ont un besoin urgent de cette compétence, vu la piètre qualité des fichiers qu’ils génèrent en utilisant les solutions automatiques.

ISBN

Pour être identifiée, chaque édition d’un livre, électronique ou pas, doit disposer d’un ISBN unique. On peut obtenir gratuitement 10 ISBN en trois semaines en passant par l’AFNIL. La procédure fonctionne très bien mais, comme j’étais pressé d’expérimenter, j’ai utilisé au début les ISBN fournis gratuitement par lulu.com pour les versions papiers de mes textes autopubliés, voire les ISBN des livres déjà publiés de manière traditionnelle. Apple ne nous a pas retoqués à cause de cette entorse.

Contacter Apple

Une fois les fichiers ePub dument validés, il est temps de contacter Apple. En mai, quand Isabelle a effectué la démarche, elle a un peu tâtonné, demandant l’aide à des amis, puis décrochant son téléphone et contactant des managers Apple. Il suffisait juste de parler anglais. Le 25 mai, elle a fini par obtenir la procédure exacte :

If you are a publisher interested in distributing your content on the iBookstore, we request that you contact our iBookstore Business Team [email protected] Please include the following information with your inquiry: Name, Company Name, Phone Number, Email address, Type of ebook content you intend to sell (i.e. non-fiction, graphic novels, children’s picture books, etc.), Size of your ebook catalog/number of titles. Once received, your information will be reviewed by Apple and the iBookstore Business Team will contact you at a future date. Thank you for your interest in the iBookstore.

Le même jour, elle envoie le mail à Apple avec les informations demandées. Pour le nom de la société, elle indique son nom.

Réponse automatique d’Apple

Thanks for your interest in the iBookstore. We’re building a store in which book publishers both large and small can sell their content. Right now we’re developing tools and processes that will allow us to work together effectively. If you’re a publisher, and haven’t done so already, please describe the type of book content you have to offer and the size of your eBook catalog. Once we determine how best for us to work together, we’ll be back in touch. We appreciate your patience and thanks again. The iBookstore Team

Isabelle en recevant ce mail a cru que l’affaire était mal engagée. Mais le lendemain, elle retrouve l’espoir en lisant l’article de David W. Martin. Apple confirme ouvrir sa plateforme aux auteurs. Il décrit la procédure qu’Isabelle avait découverte elle-même.

Feu vert

Le 27 mai en se levant, Isabelle découvre un mail expédié par Apple à une heure du matin. Il explique la procédure à suivre et pointe vers un formulaire d’inscription.

On découvre pour commencer qu’il faut un Mac sur lequel il faudra installer le logiciel iTunes Producer. Ça commence bien, on va devoir importuner un ami complaisant. Puis, il nous faut un compte iTunes Store. Heureusement, nous avons un iPhone à la maison. Enfin, il faut indiquer un US Tax ID !

Je sais que beaucoup de gens ont arrêté la procédure à ce stade. En fait, elle est familière de tous les développeurs qui diffusent leurs applications sur l’Appstore. Sans ce code, Apple ne peut pas facturer depuis les US. Il semblerait que l’on puisse entrer un code bidon. Nous n’avons pas essayé. Par chance, Isabelle a travaillé aux États-Unis, nous avons le fameux numéro (qui peut être demandé au gouvernement américain par courrier). Isabelle a toutes les données en main, elle peut valider le formulaire Apple.

Validation

À 10h55 le 27, Isabelle reçoit un mail qui valide son inscription. Elle devient fournisseur de contenu. Elle dispose maintenant d’une interface de management où elle doit s’inscrire à nouveau, signer un contrat de distribution et d’où elle gèrera nos titres (Apple aurait pu éviter le recours à un logiciel Mac et mettre toute l’interface en ligne). À 14h50, Isabelle reçoit le contrat qu’elle a signé. Elle peut désormais publier mes ePub sur iBookstore.

Premiers pas

L’après midi du 27, Isabelle prend en main iTunes Producer, cherche à comprendre les différents paliers tarifaires, les zones géographiques, les données demandées, teste mes ePub, puis publie un premier livre, Genius Locus. Elle met du temps à comprendre que le champ prix papier est obligatoire. Apparemment, Apple vérifie que le prix du livrel est inférieur à sa version papier. Dépiler les différentes catégories disponibles prend un temps fou, c’est un labyrinthe : plusieurs dizaines, et évidemment aucune ne colle vraiment pour moi ! Isabelle soumet Genius Locus vers 22h. L’upload du fichier ePub prend 6 minutes.

Isabelle ne le sait pas encore, elle ne recevra pas de mail annonçant la disponibilité des livres sur iBookstore. Toutes les dix minutes, elle rafraichit la page d’iTunes Connect. Statut : pending.

À 23h24, Isabelle reçoit un mail de bienvenue de la part d’iTunes Connect Reporting, lui donnant les liens vers les pages rassemblant les ventes par titres, par pays et les bilans financiers – accessibles aussi directement depuis iTunes Connect. Comme aucun livre n’est en vente, elle attend toujours la validation de Genius Locus.

L’attente

Le 28, jour du lancement de l’iPad en France, Isabelle soumet Croisade. Nous déjeunons avec notre ami applophile. Sur son iPad, nous découvrons que L’alternative nomade, publié par François Bon chez Publie.net, est seizième au classement général iBookstore (pas loin derrière 130 recettes pour ventre plat). J’ai eu l’idée est aussi disponible sur iBookstore grâce à Publie.net, qui lui-même a mis en ligne ses textes via immateriel.fr, en échange d’une remise de 10 %.

La récompense

Isabelle rafraichit constamment sa page iTunes Connect indiquant le statut des livres en attente de validation par Apple. Pending. Pending. Pending! C’est le 2 juin que Genius Locus et Croisade passent au vert : Ready for sale! L’attente entre la soumission du fichier et sa disponibilité tombe en suite à 24h en juin et juillet, puis repasse à 5 jours en août.

Le bilan

Nous avons progressivement mis huit livres en ligne en direct à des prix variant de 0 à 5,49 €. Voici un bilan provisoire.

  1. L’homme qui plantait des arbres de Giono, prix 0 €, 5229 téléchargements du 26/07 au 5/09.
  2. Croisade, 5,49 €, 15 ventes.
  3. Le peuple des connecteurs, 5,49 €, 9 ventes.
  4. Le cinquième pouvoir, 5,49 €, 8 ventes.
  5. Genius Locus, 0,99 €, 5 ventes.
  6. Équinoxe d’automne, 3,49 €, 3 ventes.
  7. Propulseurs dans le flux, 5,49 €, 1 vente.

Au final, 41 ventes, chiffre d’affaires pour moi au 31/08 125,20 €.

Remarques

  1. Vous allez peut-être vous dire tout cela ne sert pas à grand chose. Oui, mais c’est un début. Nous nous devons d’essayer. Alors les lecteurs comprendrons qu’ils peuvent trouver nos livres, ils auront envie de sortir des sentiers battus.
  2. Les acheteurs plébiscitent le gratuit.
  3. Ils aiment les valeurs sures. Je réussis à leur faire télécharger plus de 5 000 livres de Giono. Ils ne sont pas curieux. Si ça ne change pas, la révolution numérique ne révolutionnera rien.
  4. On lit plus avec une liseuse que sur écran (5000 giono via Apple, juste 300 via Scribd).
  5. Le prix, quand il y a prix, ne semble pas déterminant. C’est sans doute la recommandation qui importe.